/opinion/columnists
Navigation

La tentation de la radicalisation

Coup d'oeil sur cet article

On assiste depuis quelques années à une radicalisation de la gauche.

Ce n’est plus suffisant, pour les militants, d’améliorer le système. Ils veulent le transformer de fond en comble.

Dépassée, la théorie des petits pas et des victoires concrètes.

Désormais, on veut tout, tout de suite.

C’est l’époque, j’imagine.

MAIN DE FER, GANT DE VELOURS

Pas sûr que ça soit la bonne avenue à prendre.

Comme dit le proverbe, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

Prenez Laurent McCutcheon. Ce militant des droits des gais et des lesbiennes, qui a demandé l’aide médicale à mourir il y a quelques jours, savait que la meilleure façon de changer les choses de façon permanente était de travailler à l’intérieur même du système, et non d’essayer de le renverser.

Tu ne passes pas ton temps à déchirer ta chemise et à demander la tête de tous ceux qui ne pensent pas comme toi, au contraire : tu dialogues. Tu convaincs. Tu crées des alliances solides. Tu places tes pions intelligemment.

Bref, tu travailles sur le long terme.

C’est comme ça que monsieur McCutcheon (qui était un véritable gentleman dans la vie) a changé la société québécoise et amélioré la vie des membres de la communauté LGBT : en avançant lentement, mais sûrement.

Aujourd’hui, les militants n’ont plus cette patience. Au lieu de mettre de l’eau dans leur vin (ou du pétrole dans leur eau, comme Steven Guilbault qui vient de joindre les rangs du PLC, au grand dam des écolos purs et durs), ils gueulent, attaquent, pourfendent, condamnent.

Or, qu’est-ce que tu gagnes à agir de la sorte ? Rien.

Tu te mets tout le monde à dos.

Oh, au sein de ta communauté, tu passes pour un irréductible, mais aux yeux de la majorité qui élit les gouvernements, tu passes pour un « crinqué » déconnecté de la réalité.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Qu’est-ce qui est mieux ? Gagner ou avoir raison ?

Faire des gains concrets ou pelleter des nuages ?

Flatter tes amis dans le sens du poil ou convaincre tes adversaires de joindre tes rangs ?

SE TIRER DANS LE PIED

Il y a quelques jours, dans le New York Times, le chroniqueur Thomas Friedman (lauréat de trois prix Pullitzer) a écrit que le principal danger qui guette les démocrates en 2020 est la tentation de la radicalisation.

« Si les démocrates continuent à refuser de considérer comme un crime le fait d’entrer illégalement au pays, ils vont permettre la réélection de Donald Trump. »

C’est aussi simple que ça.

Il y a trois jours, le journal Le Monde a interviewé l’historien Pap Ndiaye, qui lutte bec et ongles depuis des années contre le racisme. On lui a demandé ce qu’il pensait des jeunes militants antiracistes qui voient du racisme partout.

« La forme de leurs luttes laisse songeur, a-t-il répondu. Leurs stratégies de dénonciation tous azimuts et leur utilisation incontrôlée du mot “race” s’avèrent contre-productives. Elles font du tort aux causes justes que ces militants prétendent servir. Au lieu de se retrancher dans un entre-soi, il faut au contraire trouver des formes de communication qui rassemblent le plus possible... »

C’est ce que faisait habilement Laurent McCutcheon.

Il était peut-être de la vieille école. Mais il livrait la marchandise.