/sports/opinion/columnists
Navigation

L’Impact doit s’accrocher

Maximiliano Urruti ne compte qu’un but cette saison avec l’Impact. Il a toutefois amassé cinq passes décisives.
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Maximiliano Urruti ne compte qu’un but cette saison avec l’Impact. Il a toutefois amassé cinq passes décisives.

Coup d'oeil sur cet article

C’était le match à ne pas échapper. Samedi dernier, l’enjeu était double pour l’Impact.

D’abord, il devait battre son ennemi de toujours, l’équipe pour laquelle il entretient le plus d’inimitié, le Toronto FC. Ensuite, il avait l’occasion de conforter son avance au classement et d’enfoncer un peu plus ses rivaux ontariens.

Finalement, rien de tout ça ne s’est produit. Incapable de marquer un but ou même d’offrir des actions un tant soit peu dangereuses, le Bleu-blanc-noir s’est incliné devant ses partisans pour un deuxième match de suite.

Les deux attaquants principaux du club, Maxi Urruti et Anthony Jackson-Hamel, ont bien eu respectivement une occasion d’égaliser la marque, mais c’était trop peu pour vraiment embêter les Reds.

Pourtant, Toronto connaissait jusque-là une saison difficile (en ligne directe avec la saison précédente d’ailleurs). Les blessures et les absences pour les matchs internationaux pouvaient expliquer en partie leur méforme.

Se sont-ils relancés grâce à cette victoire face à l’Impact ? Avec le talent que possède cette équipe, il ne faudrait pas s’en surprendre.

En somme, même si l’Impact, au 5e rang dans l’est de la MLS, possède une des places qui donne accès aux séries éliminatoires, il a intérêt à regarder dans le rétroviseur. Les adversaires sont en train de fourbir leurs armes pour la dernière ligne droite de la saison.

Plus que 12 matchs à jouer

En MLS, le momentum fait foi de tout. Quelle équipe saura bien terminer l’année pour entrer en séries sur une lancée ?

En ce sens, l’Impact a besoin de mieux jouer dans le dernier tiers du calendrier s’il veut éviter de faire seulement acte de présence dans le tournoi d’après-saison.

Pour y arriver, il devra ajouter un joueur qui est en mesure de marquer sur une base régulière. Nacho Piatti devrait revenir d’ici quelques semaines, mais il ne pourra tout régler à lui seul. Du renfort, il en faut au plus vite.

Le match contre Toronto constitue l’élément parfait pour prouver ce que j’avance. Face à son rival d’association, l’Impact n’a pas mal joué. En première, il a même réussi à bien exécuter son plan de match. Mais ça ne vaut rien si on ne marque pas ou si on ne se crée pas d’occasion qui puisse faire douter l’adversaire.

Au début de l’année, dans les bonnes et les mauvaises performances, l’Impact était en mesure de gagner ou, à tout le moins, de décrocher quelques points au classement. Ça ne semble plus être le cas depuis quelques matchs.

En fait, les hommes de Rémi Garde ont de la difficulté à même s’approcher de la victoire. C’est le signe que le club a besoin d’aide.

D’ici là, les joueurs doivent garder la tête froide et continuer à croire aux séries. Les deux prochains affrontements contre le Crew de Columbus et York9 en championnat canadien devraient leur être favorables.

Si le XI montréalais réussit à passer à travers cette séquence et à s’accrocher au classement, on pourra parler de cette séquence comme d’un moment clé de 2019.

Qu’est-ce qui se passe avec Diallo ?

Contre le Toronto FC, je me serais attendu à voir Zakaria Diallo être titulaire. À mon sens, le Français est le meilleur défenseur de l’Impact depuis le début de la saison. Il ne devrait pas rater un match de cette ampleur.

Mais ses récentes performances ne sont pas au même niveau qu’en début d’année. Quand Garde l’a sorti en deuxième mi-temps du match contre Minnesota United, il a semblé piqué au vif. Diallo ne s’est pas retourné et a filé directement au vestiaire sans demander son reste.

Est-ce que le personnel d’entraîneurs est à ce point insatisfait de ses performances ? Y a-t-il quelque chose qui cloche d’un point de vue personnel ?

C’est un dossier à suivre dans les prochaines semaines parce que la défense centrale est une position fragile pour le Bleu-blanc-noir. S’il veut bien finir l’année, l’Impact aura besoin d’un Diallo à son meilleur... et pas sur le banc.