/entertainment/tv
Navigation

Mission touristique en Asie: Québec veut surfer sur la vague Goblin

Patrick Lemaire, délégué commercial Québec-Asie à l’Office du tourisme de Québec, et Simon Marinier, directeur division ventes et partenariats, ont participé à la récente mission commerciale du Québec en Corée du Sud et au Japon.
Photo Jean-François Desgagnés Patrick Lemaire, délégué commercial Québec-Asie à l’Office du tourisme de Québec, et Simon Marinier, directeur division ventes et partenariats, ont participé à la récente mission commerciale du Québec en Corée du Sud et au Japon.

Coup d'oeil sur cet article

Enchanté par les retombées de la fiction Goblin, tournée dans la capitale en 2016, l’Office du tourisme de Québec n’entend pas se contenter d’un buzz éphémère. Deux de ses employés ont été dépêchés en Corée du Sud afin d’attirer encore plus de fans de la série.

Il y a quelques années à peine, l’OTQ n’aurait jamais envisagé de mettre les pieds à Séoul pour promouvoir les attraits de la région, préférant concentrer ses efforts, notamment, sur le marché chinois. La diffusion de la série à succès Goblin : The Lonely and Great God a tout changé.

Plus de 245 millions de vues plus tard pour les 16 épisodes – à la télé seulement, sans compter les visionnements sur le web –, le Québec s’est assurément fait connaître en Corée du Sud. Sans Goblin, «on ne serait pas allés en Corée, c’est certain. On n’en parlerait même pas. C’est majeur, l’effet que ça a pu créer sur la notoriété de Québec», confie Simon Marinier, fraîchement revenu d’une mission de 12 jours en sol coréen et nippon avec la délégation menée par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx.

« On sent qu’il y a une vibe présentement. On va faire des offensives là, encore, dans les deux ou trois prochaines années. Ce qui est intéressant en Corée, c’est que la ville de Québec est déjà bien positionnée versus la province de Québec. C’est un peu l’inverse de ce qu’on voit habituellement. Pour nous, c’est vraiment un marché d’opportunités », a-t-il renchéri en entrevue.

Série culte

«On a rencontré les producteurs de Goblin en mission et ils nous ont dit que c’était leur plus grand succès à vie. C’est vraiment positif pour nous. On peut utiliser l’image du Château Frontenac, de la porte rouge (du Théâtre Petit Champlain), de la fontaine de Tourny, ce sont des incontournables et des images très fortes qui sont ancrées chez les Coréens.»

Pour ceux qui l’ignorent, la fameuse porte rouge – magique dans cette série culte – permettait au héros d’aboutir dans le quartier Petit Champlain. «Les scènes d’amour se sont beaucoup transportées à Québec, donc il y a beaucoup de gens qui ont dit : “Wow, c’est donc bien beau, la ville de Québec, on va y aller.” Les gens veulent tous se faire prendre en photo avec la porte rouge», rappelle M. Marinier, qui a pu rencontrer des dizaines de journalistes locaux à Séoul et poursuivre son opération séduction auprès des voyagistes.