/finance/business
Navigation

500 millions $ de plus pour Ciment McInnis

La Caisse de dépôt et la famille Beaudoin-Bombardier injectent encore des fonds

cimenterie mcinnis
PHOTO D’ARCHIVES

Coup d'oeil sur cet article

En plein milieu de l’été, la controversée cimenterie McInnis vient de se voir prêter pas moins de 500 millions $, mais Québec refuse toujours d’y investir un cent de plus, contrairement à la Caisse de dépôt et aux Beaudoin-Bombardier.

Un an et demi après avoir envisagé la vente de ses actifs dans la cimenterie McInnis, la Caisse de dépôt et placement du Québec a plutôt décidé d’y injecter 150 millions $ de plus, dans le cadre d’une nouvelle ronde de financement, a-t-elle annoncé hier.

Des 500 millions $ en capitaux privés obtenus pour venir en aide à la cimenterie gaspésienne, 150 M$ proviennent de la Caisse et 50 M$ de Beaudier Inc., le véhicule d’investissement de la famille Beaudoin-Bombardier.

Les 300 M$ restants sont un emprunt consenti par un groupe de 11 banques canadiennes et internationales, selon le communiqué de l’entreprise. Investissement Québec a « procédé à certains ajustements à la structure de sa dette ».

Mais le gouvernement Legault n’investit aucune somme additionnelle, contrairement à ce que réclamait l’entreprise récemment. Investissement Québec a déjà allongé 350 M$ à l’entreprise pour l’aider à traverser diverses difficultés financières.

Progrès

« La demande globale pour le produit de la cimenterie s’est accrue particulièrement au Canada, tellement que l’ensemble de la production de son usine est vendu pour l’année 2019 », a justifié Yann Langlais-Plante, porte-parole de la Caisse de dépôt.

L’augmentation de la demande aurait poussé Ciment McInnis à entreprendre des travaux d’importance dans plusieurs de ses installations « afin d’ajouter des capacités d’entreposage et de chargement », a quant à lui précisé le président et chef de la direction, Jean Moreau.

Il y a un an, pourtant, l’ancien v.-p. de la Caisse et actuel ministre caquiste Christian Dubé avait assuré que « la Caisse n’a pas comme objectif d’être un opérateur de cimenterie à long terme ».

« Le contexte a changé », soutient aujourd’hui M. Langlais-Plante. Il souhaite que ce financement permette aussi « d’ouvrir de nouveaux marchés ». Mais il affirme que si une occasion d’affaires se présente pour se départir de cet actif, la Caisse « sera à l’écoute ».

McInnis prévoit notamment le développement de terminaux satellites dans le Nord-est américain. « L’équipe ingénierie de l’usine a aussi commencé la planification de la future gare de triage en vue de la réouverture prévue du chemin de fer jusqu’à Port-Daniel–Gascons. Le chargement direct des wagons à la cimenterie permettra notamment de prospecter de nouveaux territoires au Canada, en plus de retirer annuellement des routes la livraison de 160 000 tonnes de ciment, soit environ 8000 passages de camions », précise le communiqué.

Rester plutôt que vendre

La Caisse avait mandaté, en 2018, une firme de services-conseils pour étudier divers scénarios, dont la vente de la cimenterie québécoise.

Le projet initial devait coûter 1,1 milliard $. La facture finale a atteint 1,55 G$, soit 450 M$ de plus que prévu. La Caisse était devenue actionnaire de contrôle en 2016, dans ce contexte, volant à la rescousse des Beaudoin-Bombardier.

Au 31 décembre dernier, les investissements de la Caisse dans la cimenterie de Port-Daniel valaient de 300 M$ à 500 M$, selon le rapport annuel de la Caisse.

LE PROJET EN QUELQUES DATES

Décembre 2012

Le projet est présenté à la population par la famille Beaudoin-Bombardier. L’investissement sera de 750 M$.

Janvier 2014

Annonce du projet par la première ministre du Québec, Pauline Marois.

Le projet passe à 1,025 G$.

Août 2016

Annonce de dépassement de coût de 450 M$. La Caisse de dépôt devient actionnaire de contrôle. Le projet passe à 1,55 G$.

Juin 2017

Première production de ciment.

Septembre 2017

Inauguration officielle en présence du premier ministre Couillard.

Janvier 2018

Embauche d’une firme de services-conseils pour étudier différents scénarios, dont la vente.

Juillet 2019

Nouvelle ronde de financement de 500 M$.