/opinion/columnists
Navigation

Aimez-moi

Coup d'oeil sur cet article

Avant-hier à Paris. J’amène fiston dans un centre de réalité virtuelle, pour qu’il puisse échapper à la canicule et se défouler en combattant des monstres pendant une quarantaine de minutes.

CRIS ET HURLEMENTS

À côté du cubicule où mon fils s’amuse, un casque d’Oculus Rift sur la tête et une manette dans chaque main, une jeune fille d’une dizaine d’années fait la même chose.

Mais elle crie. Elle hurle. Elle gueule à pleins poumons pendant trois quarts d’heure.

Je n’ai jamais vu une fillette aussi hystérique de toute ma vie. Tout le monde dans le centre la regarde en se disant : « WTF ? ».

Mais malgré les regards réprobateurs des clients, ses parents ne font rien. Ils regardent la prunelle de leurs yeux en souriant tendrement.

Leur fillette embête tout le monde dans la place ? Bof. Papa et maman ne lui disent pas de baisser la voix.

Car ça serait une manifestation d’autorité.

Or, papa et maman ne veulent pas être des figures d’autorité auprès de leur fille.

Ils veulent être des amis.

Ils ne désirent pas être respectés : ils veulent être aimés.

Vous vous demandez pourquoi les petits lapins se comportent en petits lapins ?

Parce qu’ils ont des parents qui les ont élevés en petits lapins.

La petite boule de poils ne tombe jamais très loin du terrier.

LA GRANDE MESSE

Joe Blow se présente en politique.

Vous pensez qu’il va dire la vérité aux électeurs qui habitent son comté ?

Vous croyez qu’il va leur dire : « Il n’y a pas de solution magique : soit on augmente vos impôts, soit on coupe dans les dépenses et on abolit certains programmes sociaux » ?

Bien sûr que non : il va dire à ses électeurs ce qu’ils veulent bien entendre.

C’est-à-dire : « On va vous donner le beurre, l’argent du beurre et le cul de la fermière. Vous allez recevoir plus de services tout en payant moins. »

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Ça ne tient pas debout deux secondes. Mais c’est ce que Joe Blow va dire.

Car il veut être aimé.

Jojo Labelle est comédienne et passe à la grande messe du dimanche soir.

Vous pensez qu’elle va dire le fond de sa pensée, contredire le pape et son bedeau et s’écarter du chemin idéologique tracé par les bien-pensants du merveilleux monde du showbiz ?

Bien sûr que non. Elle va hurler avec la meute et tirer sur les boucs émissaires habituels.

Pourquoi ? Parce qu’elle a peur de diviser son public, de choquer ses pairs.

Et qu’elle veut être aimée.

Alors elle ne fera pas de vagues et suivra docilement le courant.

PRENDRE SON TROU

Et on dit qu’on vit à l’ère de la transparence et de l’authenticité !

Quelle blague ! Quelle vaste fumisterie !

On n’a jamais autant menti. Les gens n’ont jamais eu aussi peur de dire ce qu’ils pensent réellement.

Un petit mot de travers et paf ! on se fait taper dessus par les gardiens de la morale.

Alors on prend son trou.

C’est comme ça dans le monde des petits lapins.

Les parents abdiquent leurs responsabilités, les politiciens vendent du rêve et les artistes qui sont censés défendre la liberté d’expression s’agenouillent devant les curés.