/news/currentevents
Navigation

Camionneur acquitté dans le fiasco de l’autoroute 13

La juge pas convaincue qu’il a refusé un remorquage

Près de 300 automobilistes ont été coincés sur l’A13 le 14 mars 2017.
Photo d’archives Près de 300 automobilistes ont été coincés sur l’A13 le 14 mars 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Le camionneur accusé d’avoir mis en péril la sécurité des autres automobilistes pris sur l’autoroute 13 lors de la tempête de mars 2017, en refusant prétendument d’être remorqué, vient d’être acquitté.

Palwinder Singh Johal, un Lavallois de 59 ans, a reçu ce verdict favorable lundi, au palais de justice de Montréal.

« Le tribunal considère ne pas être convaincu hors de tout doute raisonnable que c’est bien le défendeur qui a refusé d’être remorqué », a conclu la juge Suzanne Bousquet après un procès de quatre jours.

On reprochait à M. Johal d’avoir refusé de faire remorquer son camion pris en avant.
Photo d’archives
On reprochait à M. Johal d’avoir refusé de faire remorquer son camion pris en avant.

La Couronne reprochait au camionneur d’avoir commis une action imprudente en vertu du Code de la sécurité routière. Cette infraction pénale était passible d’une amende maximale de 2500 $.

« Mon client est extrêmement content du verdict d’acquittement, car il a toujours maintenu son innocence », a commenté l’avocat Hovsep Dadaghalian, hier.

La juge Bousquet en a décidé ainsi après avoir relevé plusieurs « erreurs et contradictions » ayant miné la fiabilité de la version du témoin clé de la poursuite, soit un conducteur de la compagnie de remorquage Burstall-Conrad.

Selon la preuve, le conducteur de la dépanneuse est le seul à avoir « constaté personnellement » des refus de remorquage provenant de « certains camionneurs ».

Il a seulement incriminé l’accusé en le décrivant comme « un barbu d’origine indienne », sans pouvoir l’identifier.

Pas en avant de la file

Le remorqueur prétendait que le camion-remorque blanc conduit par l’accusé était « le premier de la file » des 300 véhicules enlisés sur la chaussée « ultra-glissante » et enneigée de l’A13, entre les A40 et A20. Mais les caméras de surveillance montraient « qu’il y a d’autres véhicules devant » le sien.

De plus, le remorqueur a admis s’être buté à un refus des occupants d’un « camion noir » qui n’ont pu être retrouvés.

M. Johal avait « collaboré sans protester » avec les policiers qui ont fini par se frayer un chemin jusqu’à l’origine du bouchon, où des automobilistes sont restés pris durant plus de 10 heures.


► Les conducteurs lésés se partageront près de deux millions $ en indemnités du gouvernement québécois, variant entre 300 $ et 1000 $ chacun, résultat d’un recours collectif qui s’est réglé en cour le mois dernier.