/entertainment/shows
Navigation

Le parcours inespéré de Karine Gonthier-Hyndman

Le parcours inespéré de Karine Gonthier-Hyndman
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Karine Gonthier-Hyndman a été diplômée de l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe en 2008, et il s’est écoulé six longues années avant qu’elle ne décroche un rôle substantiel dans «Nouvelle adresse». Depuis, elle peine à croire à la quantité de projets intéressants qui s’offrent à elle.

«Je ne l’attendais même plus, avoue la principale intéressée en entrevue, au sujet de son début de carrière tardif. À 30 ans, je me disais que ça devait arriver cette année-là. J’avais fait un gros voyage en Asie avec mon copain et, en revenant, je m’étais dit que je ne pouvais plus faire ça. Je n’en pouvais plus de me lever le matin en espérant travailler, d’attendre, de me sentir impuissante. J’avais décidé de retourner à l’école. J’avais besoin de sentir que je servais à quelque chose. Puis, c’est arrivé. C’est cette année-là que j’ai décroché "Nouvelle adresse".»

Un marathon

Après, ce fut «Like-Moi!», «Les Simone», «O’», «Les invisibles» et le film «Le trip à trois». Auparavant, elle s’était «formée autrement», dit-elle, entre les seconds rôles au petit écran et au théâtre ainsi que les contrats parallèles. Elle a même travaillé dans une école.

Aujourd’hui, Karine Gonthier-Hyndman se remémore avec amusement ce premier mandat de figurante que lui avait confié René Richard Cyr dans une pièce de l’Opéra de Montréal, qui lui a permis d’amasser ses crédits de l’Union des artistes, tout en se félicitant d’avoir persisté. Jusqu’ici, son parcours la comble au-delà de ses espérances.

«Honnêtement, je ne pense pas que j’aurais pu faire autre chose, analyse-t-elle. Je ne vois pas ce que j’aurais pu faire d’autre. J’ai le feu en moi, pour faire ce métier-là. Et, malgré tout, je suis toujours restée persévérante, positive. J’ai toujours eu l’exemple de mon oncle James (Hyndman, NDLR), qui a commencé sa carrière très tardivement. Je n’étais pas au désespoir, mais je n’ai jamais cru que j’aurais cette carrière-là, non plus.»

«Encore maintenant, ce que je me souhaite, c’est d’être dans la durée, ajoute l’artiste. C’est un marathon, pas une course. C’est ce que je trouve difficile, dans notre industrie: c’est un petit milieu, c’est facile de trop travailler, puis de se faire reléguer au second plan. C’est dur de trouver la pérennité, là-dedans.»

Libre, mais contrainte

Son conte de fées de comédienne se poursuit cette année avec le tournage, présentement en cours, de «C’est comme ça que je t’aime», nouvelle comédie dramatique de François Létourneau, réalisée par Jean-François Rivard (le tandem derrière «Les invincibles» et «Série noire»).

Comme dans leurs précédentes séries, les deux créateurs allieront le burlesque à la tragédie dans cette fiction campée en 1974, à Sainte-Foy, où deux couples (incarnés par Karine Gonthier-Hyndman et Patrice Robitaille, et François Létourneau et Marilyn Castonguay) tenteront la criminalité pour mettre du piquant dans leur quotidien.

«Ils vont passer à travers la liste des 10 commandements», ricane Gonthier-Hyndman, pour illustrer la gravité des méfaits des personnages de «C’est comme ça que je t’aime».

Celle-ci y incarnera Micheline, que son interprète décrit comme «une femme libre, mais contrainte par son époque, son couple et sa vie de famille».

«Micheline est une femme de son époque qui a une famille, des enfants, une piscine hors terre. Elle est professeure à l’université. Elle est éduquée, mais elle a une petite vie rangée, qu’elle trouve plate. À travers le crime, le sexe, la drogue, le meurtre et le vol, elle va s’émanciper et retrouver une forme d’humanité.»

«Pour une fille qui fait de l’humour, depuis quelques années, je trouve que j’ai vraiment de la chance d’être passée par (les séries de, NDLR) Marc Brunet, Ricardo Trogi et François Létourneau», énumère Karine Gonthier-Hyndman, en référence à «Like-Moi!» et aux «Simone».

«C’est difficile, d’obtenir un rôle. Ça prend beaucoup de rencontres. Il faut que le personnage rencontre ton "casting", qu’on nous appelle en audition, que les auteurs, les réalisateurs et le diffuseur soient d’accord avec le choix... Souvent, quand ça arrive, ça arrive pour les bonnes raisons. C’est parce qu’on est sur notre X», conclut sagement l’actrice.

La série «C’est comme ça que je t’aime» sera mise en ligne sur Tou.tv Extra l’hiver prochain. On peut également voir Karine Gonthier-Hyndman dans la quatrième saison de «Like-Moi!», présentement disponible sur Club illico, et celle-ci sera toujours des «Invisibles», dont 12 nouveaux épisodes seront diffusés à TVA à l’automne.