/news/transports
Navigation

Les morts se multiplient dans le ciel

Des experts en aviation soulignent que les incidents sont plus fréquents pour les avions privés et durant l’été

Coup d'oeil sur cet article

Une série noire d’accidents aériens secoue le Québec depuis que des écrasements, des décès tragiques et une mystérieuse disparition sont survenus en seulement quelques jours.

Ceux-ci s’ajoutent à plusieurs autres drames aériens depuis le début de l’été qui ont fait jusqu’ici pas moins de neuf morts et six disparus au Québec et au Labrador.

« C’est impressionnant ces jours-ci, reconnaît le pilote et expert en aviation civile Jean Lapointe. Ça frappe notre imaginaire, mais ça fait plus de 25 ans que je suis de près les accidents et il semble que ça vient toujours par grappes. »

La dernière semaine a été particulièrement tragique.

Hier, au moins trois personnes sont mortes (quatre sont portées disparues) dans l’écrasement d’un hydravion Beaver d’Air Saguenay au Labrador.

Ce triste accident survient alors qu’une vaste fouille tient le Québec en haleine pour retrouver le président des serres Savoura et son fils, disparus dans un hélicoptère Robinson 44 depuis mercredi dernier.

Un autre hélicoptère s’est même écrasé en menant des recherches, mais heureusement personne n’a été blessé.

Le week-end dernier, trois amateurs de pêche ont aussi péri dans le crash d’un autre hydravion Beaver au sud de Chibougamau, dans le Nord-du-Québec. Seul un passager a miraculeusement survécu.

Plus d’accidents l’été

« C’est la saison où il y a énormément de pilotage qui se fait », rappelle M. Lapointe, en évoquant le temps des voyages de pêche.

« Mais chaque accident amène son lot de questionnements », dit-il.

D’ailleurs, les statistiques du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) notent en moyenne plus d’une trentaine d’événements impliquant des aéronefs en juillet et en août, et une dizaine durant les mois d’hiver au Canada.

« Ce n’est pas inhabituel, mais c’est malheureux », souffle à son tour la pilote et conseillère chez Octant Aviation, Marie-Hélène Simard.

Il faudra des enquêtes du BST pour mieux comprendre ce qui a pu se passer dans ces nombreux accidents mortels.

La météo peut être en cause

Parmi les causes possibles, la météo changeante et orageuse des derniers jours peut avoir joué de mauvais tours à certains aviateurs, selon Mme Simard.

« Les avions et les pilotes ont des limites », souligne-t-elle.

C’est un phénomène connu de voir des pilotes privés connaître des problèmes de manœuvre ou voler lors de mauvais temps et perdre la référence visuelle. « Ça ressemble beaucoup à ça », dit-elle.

Tous les accidents, sauf celui d’Air Saguenay, impliquent d’ailleurs des pilotes privés. M. Lapointe fait valoir que le domaine des vols commerciaux est plus réglementé, tant sur le plan de l’entretien des aéronefs que sur celui de l’entraînement des pilotes.

Les statistiques du BST montrent aussi que plus de la moitié des accidents au pays impliquent des avions privés.

« Ç’a l’air pire que ça l’est », croit à son tour André Vadeboncœur, chef instructeur chez Eid Air Aviation à Bromont. Les écoles de pilotage comme la sienne ont connu une recrudescence importante de la clientèle ces dernières années, et selon lui, plus il y a de pilotes dans les airs, plus il risque d’y avoir d’accidents.

Le BST rapporte qu’il n’y a eu que 31 accidents d’aéronefs l’an dernier au Québec. C’était le meilleur bilan depuis 10 ans.

Cinq écrasements en quelques semaines

♦ 17 juin

Un mort à Saint-Jean-Port-Joli

Sébastien Robichaud, pilote et cousin de la victime.
Photo tirée de Facebook
Sébastien Robichaud, pilote et cousin de la victime.

À l’occasion de la fête des Pères, Vincent Robichaud, 22 ans, a perdu la vie lorsque l’avion que pilotait son cousin s’est écrasé en bordure de l’autoroute 20, à Saint-Jean-Port-Joli, dans Chaudière-Appalaches. Pour une raison encore inconnue, le biplace s’est subitement écrasé quelques minutes après le décollage. Sébastien Robichaud, aux commandes de l’appareil, a subi de graves blessures, mais a survécu.


♦ 1er juillet

Deux hommes perdent la vie dans un verger

Un ultraléger s’est écrasé dans un verger de Rougemont.
Photo Martin Alarie
Un ultraléger s’est écrasé dans un verger de Rougemont.

Deux hommes sont morts lors de l’écrasement d’un ultraléger dans un verger de Rougemont, en Montérégie. Les décès d’un citoyen de Saint-Jean-sur-Richelieu de 51 ans et d’un résident de Mont-Saint-Grégoire de 66 ans avaient été confirmés à l’hôpital. Les pinces de désincarcération avaient été nécessaires pour extirper les deux victimes.


♦ 10 juillet

Deux disparus en hélicoptère

Le Robinson R44 de Stéphane Roy.
Photo tirée de Facebook
Le Robinson R44 de Stéphane Roy.

Le président-directeur général des serres Savoura, Stéphane Roy, et son fils sont introuvables depuis mercredi dernier. L’hélicoptère dans lequel ils se trouvaient est disparu du radar.


♦ 12 juillet

Trois décès dans le crash d’un hydravion

Un voyage de pêche a tourné au drame vendredi dernier lorsque l’hydravion dans lequel prenaient place quatre amis a terminé son vol près du lac Boulène, à quelque 100 km au sud de Chibougamau, dans le Nord-du-Québec. Le pilote de 67 ans, James Duggan, Jacques Bissonette, 69 ans, et Claude Laplante, 77 ans, sont décédés. Un des passagers, Mark D. Goldman, 72 ans, a survécu par miracle et a subi des blessures somme toute mineures.


♦ 14 juillet

Des bénévoles ratent leur atterrissage

Photo Martin Alarie

 

Un hélicoptère transportant quatre bénévoles qui participaient aux recherches pour trouver Stéphane Roy et son fils s’est écrasé à Sainte-Sophie, dans les Laurentides, dimanche dernier. L’appareil a raté son atterrissage pour se retrouver sur le côté dans un champ près de la route 158. Aucun des occupants n’a été blessé.


♦ 15 juillet

Trois victimes au Labrador

L’écrasement d’un avion d’Air Saguenay dans un lac du Labrador a fait trois morts et quatre disparus, lundi.

L’appareil de type Beaver Havilland DHC-2 a plongé dans le lac Mistastin, avec à son bord quatre clients, deux guides et un pilote.

Ce dernier est le Québécois Gilles Morin, qui est pilote chez Air Saguenay depuis 2011. Gilles Morin ferait partie des quatre personnes disparues (voir autres textes en pages 4 et 5).

Accidents d'aéronefs au Québec

  • 2008 : 58
  • 2009 : 68
  • 2010 : 65
  • 2011 : 58
  • 2012 : 71
  • 2013 : 66
  • 2014 : 69
  • 2015 : 51
  • 2016 : 34
  • 2017 : 44
  • 2018 : 31

Source : Bureau de la sécurité des Transports du Canada