/world/usa
Navigation

Première baisse en vingt ans des overdoses mortelles aux États-Unis

Première baisse en vingt ans des overdoses mortelles aux États-Unis
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre d’overdoses mortelles a reculé pour la première fois en vingt ans aux États-Unis, avec une baisse de 5,1 % en 2018, selon des statistiques provisoires publiées mercredi par les autorités sanitaires américaines.

Cette tendance s’explique par le net déclin des décès liés aux analgésiques délivrés sur ordonnance.

« Les dernières données provisoires sur les morts par overdose montrent que les multiples efforts entrepris par les États-Unis pour lutter contre les problèmes de consommation d’opiacés et de dépendance fonctionnent », a indiqué Alex Azar, ministre américain de la Santé, tout en insistant sur le fait que l’épidémie ne disparaîtrait pas du jour au lendemain.

Selon les estimations des Centres de contrôle des maladies (CDC), 68 557 personnes ont été emportées par une overdose fatale en 2018 contre 72 224 l’année précédente.

Mais cela reste bien supérieur aux 16 849 décès survenus en pareilles circonstances en 1999. Ce total a augmenté progressivement jusqu’en 2017, avec une croissance très marquée entre 2014 et 2017.

Les décès attribués à des opiacés naturels ou semi-synthétiques (comme morphine, codéine, oxycodone, vicodin, hydromorphone ou encore oxymorphone) prescrits comme antidouleurs ont baissé de 14,5 % à 12 757. C’est la plus forte baisse toutes catégories confondues.

Mais les victimes d’overdoses par opiacés synthétiques comme le tramadol et le fentanyl ont continué de progresser fortement (31.897 en 2018, contre 29 461 en 2017) et celles ayant consommé une surdose de cocaïne ont également augmenté (15 699 contre 14 945).

La crise des opiacés aux États-Unis découle de décennies de sur-prescription d’analgésiques hautement addictifs. Elle a entraîné en vingt ans la mort d’environ 400 000 personnes par opiacés sur ordonnance ou illégaux, dont des vedettes comme le chanteur Prince et le rockeur Tom Petty.

Cette épidémie a été déclarée « urgence de santé publique » par le président Donald Trump fin 2017.

Certains signaux laissent entrevoir un renversement de tendance.

Depuis plusieurs mois, les autorités fédérales et locales ont lancé des poursuites en justice visant de grands laboratoires pharmaceutiques, accusés d’avoir soudoyé des médecins pour qu’ils prescrivent leurs médicaments ou d’avoir trompé le public avec des opérations promotionnelles minimisant le risque de dépendance.

Le taux de prescription d’opiacés a atteint son apogée en 2012 avec 81 pour 100 Américains, pour descendre à 58 pour 100 Américains en 2017.

Mais la quantité d’opiacés prescrits par personne reste environ trois fois supérieure à ce qu’elle était en 1999, d’après les CDC.

L’explosion des overdoses a contribué à faire baisser l’espérance de vie aux États-Unis en 2017, pour la troisième année consécutive.