/world
Navigation

Un élu républicain veut savoir si l'armée est derrière la maladie de Lyme

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Un élu républicain du Congrès s'interroge sur le rôle que pourrait avoir joué l'armée américaine dans la propagation de la maladie de Lyme, qui gagne du terrain année après année au Québec.

«L’inspecteur général du département de la Défense devrait mener une enquête pour déterminer si le département de la Défense a mené des expériences sur des tiques et d'autres insectes pour les utiliser comme arme biologique entre les années 1950 et 1975», peut-on lire dans un amendement déposé la semaine dernière par le représentant républicain du New Jersey Christopher Smith.

M. Smith réclame que l'inspecteur général détermine si de telles expériences ont eu lieu et, le cas échéant, quelle en a été l'ampleur. Il veut également savoir si des tiques auraient pu s'échapper de laboratoires en cours d'expérience.

Le politicien a expliqué, devant le congrès, avoir eu l'idée de déposer cet amendement après avoir pris connaissance de «plusieurs livres et articles suggérant que d'importantes recherches ont été menées dans des établissements du gouvernement [...] pour utiliser des tiques et d'autres insectes comme armes biologiques», a-t-il expliqué devant le Congrès, selon des propos relayés par la chaîne CBS.

Des experts ont déjà critiqué cette théorie sur l'origine de la maladie de Lyme, la reléguant au rang de théorie du complot, a souligné CBS.

L'amendement doit encore être approuvé par les élus du Congrès avant que l'inspecteur général puisse amorcer son travail.

Bon an mal an, environ 300 000 personnes contractent la maladie de Lyme aux États-Unis chaque année.

Les tiques porteuses de la maladie ont commencé à se répandre au Québec, particulièrement au cours de la dernière décennie. Un peu plus de 300 cas ont été recensés dans la province au cours de la dernière année.