/news/currentevents
Navigation

Une querelle de séparation serait à l’origine du crime passionnel

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-ROUGE | L’homme qui s’est enlevé la vie après avoir tué sa conjointe lundi dans les Laurentides n’aurait pas accepté que celle-ci veuille le quitter.

Selon nos informations, Réal Jean aurait tiré un projectile d’arme à feu dans la nuque de Ginette Radermaker, 69 ans, en fin de soirée, lundi. Le couple était alors derrière sa résidence du boulevard Fernand-Lafontaine, à Rivière-Rouge.

Il semble que la mère de deux enfants tentait de prendre la fuite vers le salon de coiffure adjacent dans lequel elle travaillait à temps partiel lorsqu’elle a été abattue par son conjoint. Certains voisins rencontrés par Le Journal mercredi disaient même avoir entendu deux détonations.

Contrôlant

D’après nos sources, l’homme de 72 ans aurait lui-même composé le 911, vers 23 h, afin d’aviser les autorités qu’il venait de commettre l’irréparable. Il a par la suite mis fin à ses jours avant l’arrivée des patrouilleurs. Leurs corps ont été découverts gisant l’un près de l’autre.

Native du secteur, la victime, qualifiée de « boule d’énergie » par une commerçante du coin, aurait récemment confié à des voisins désirant taire leur identité que sa relation battait de l’aile depuis un certain temps. Nos informations révèlent que Jean aurait été un homme « contrôlant et jaloux ».

Un conflit entourant leur séparation serait à l’origine de la querelle fatale, a-t-on appris. Le drame a ébranlé la petite communauté de près de 4500 habitants où le couple était connu.

« Leur relation n’a pas été facile depuis le début, a relaté une proche préférant garder l’anonymat. Personne ne mérite ça. »

Toujours sous le choc, des membres des familles des défunts rencontrés par Le Journal ne souhaitaient pas commenter les circonstances du crime passionnel. Ils s’expliquaient toutefois mal comment la relation a pu dégénérer à ce point.