/news/society
Navigation

Déménagement cauchemardesque dans un logement inhabitable

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Une femme de Victoriaville, dans le Centre-du-Québec, traverse un cauchemar depuis son déménagement dans un logement infesté de moisissures, un cas qui rappelle à quel point il est important de connaître ses droits en tant que locataire. 

Kim Thibert a visité le 5 juillet dernier le logement où elle vient d’emménager, rue Saint-Paul. À ce moment-là, le propriétaire reconnaissait qu’il y avait des rénovations à faire, mais il l’assurait que l’endroit serait habitable à temps pour son arrivée. 

La réalité est tout autre. Au sous-sol, tous les planchers ont dû être retirés parce qu’ils étaient imbibés d’urine de chat. 

«La moisissure, on la sent, l’urine, l’ammoniac... J’ai commencé à jeter tout ce qui était en dehors des sacs, c’est dégueulasse!» a relaté Mme Thibert. 

Alors qu’elle sablait un mur à l’étage, l’un d’entre eux s’est effondré, révélant de la moisissure à l’intérieur. 

«Pendant que les gars font le déménagement, je commence à sabler en haut, et c’est là qu’il est tombé, a raconté la locataire. À cause des infiltrations d’eau qu’il y a eue il y a deux ans, il m’a dit qu’il a changé les fenêtres il y a deux ans, mais toi, ton contracteur, il est au courant qu’entre les murs, c’était moisi, là!» 

La situation exaspère Kim Thibert, d’autant plus qu’elle a un enfant de 6 ans qui ne peut pas vivre dans ces conditions d’insalubrité. 

«Il faudrait que je paye deux loyers, il faudrait que je paye deux déménagements, et là, je ne peux pas voir mon fils... Ça n’a pas de bon sang», s’est indignée la mère de famille qui ne compte pas en rester là. 

La famille est d’ailleurs hébergée temporairement par des amis, mais Mme Thibert fait affaire avec la Croix-Rouge canadienne pour l’aider à trouver une solution. 

«Il me semble que ça doit être au propriétaire de s’occuper de relocaliser le locataire, si l’environnement est comme ça», lance un jeune homme qui accompagne Mme Thibert. 

Avis d’abandon 

Dans les dernières heures, Kim Thibert a envoyé un avis d’abandon pour signifier qu’elle n’est plus intéressée à ce logement et qu’elle ne souhaite plus y être liée. 

Elle a également envoyé une mise en demeure au propriétaire, lui demandant d’être dédommagée notamment pour les frais de déménagement, pour les travaux qu’elle a déjà entrepris et pour la semaine de congé qu’elle a prise pour emménager dans ce nouveau logement.