/qubradio
Navigation

Fugues : les parents ne devraient pas avoir honte de demander de l’aide, dit Enfants-Retour

Fugues : les parents ne devraient pas avoir honte de demander de l’aide, dit Enfants-Retour
Bits and Splits - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

La majorité des fugueurs fugueront plus d’une fois si la situation menant à ce geste n’a pas été réglée. C’est pour cette raison que les parents ne devraient pas hésiter à demander de l’aide à des organismes comme Enfants-Retour, a plaidé la directrice générale de cette organisation en entrevue à l’émission matinale de QUB radio, jeudi matin.

«En tant que famille, il faut se poser des questions quand même "tough", essayer de vraiment comprendre qui est notre jeune, qu’est-ce qu’il vit, qu’est-ce qu’il souhaite changer et quelles sont les solutions que nous allons apporter», a expliqué Pina Arcamone au lendemain du retour à la maison d’Emy Berthiaume, la fugueuse de 11 ans qui manquait à l’appel à Trois-Rivières.

Selon Mme Arcamone, le «vrai travail» commence aujourd’hui pour la famille de la jeune Emy. «Il faut se poser comme question: qu’est-ce que l’enfant manifeste, qu’est-ce qui ne va pas dans la vie de l’enfant, qu’est-ce que l’enfant aimerait qu’on change?», a souligné la directrice du Réseau Enfants-Retour.

Elle a d’ailleurs mentionné que les enfants risquent de s’éloigner davantage de la maison à chaque fugue et qu’il fallait tout faire pour empêcher que ça se reproduise.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue intégrale de Pina Arcamone à QUB radio:

Plus commun qu’on le pense

Pina Arcamone a souligné qu’il y a plus de 5000 signalements de fugue par année au Québec. Il s’agit donc d’un phénomène bien plus fréquent que le prétendent certains parents, qui craignent que leur entourage les juge.

«La famille a besoin d’être accompagnée comme l’enfant a besoin d’être accompagné. Il y a des ressources et on ne doit jamais avoir honte en tant que parent de demander de l’aide», a-t-elle rappelé.

Mme Arcamone s’est d’ailleurs réjouie que le nombre de signalements de disparition ait baissé de 18 % au Québec en 2018, bien qu’«un enfant qui fugue est un enfant de trop».

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions