/entertainment/shows
Navigation

«Joyeux Calvaire»: un hommage poétique

Le spectacle Joyeux calvaire du Cirque du Soleil a touché et surpris les membres des Cowboys fringants

Coup d'oeil sur cet article

Le Cirque du Soleil a offert un spectacle poétique et romantique, mercredi soir, avec son hommage aux Cowboys fringants, qui a beaucoup ému les membres de ce groupe populaire québécois.

« C’est beaucoup trop d’émotions pour ce que mon corps et mon âme peuvent prendre », a dit le bassiste Jérôme Dupras, à la fin de cette première du spectacle Joyeux Calvaire du Cirque du Soleil, mercredi soir, à l’amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

Quelques numéros du spectacle Joyeux calvaire du Cirque du Soleil, présenté cet été à Trois-Rivières.
Photo Andréanne Lemire
Quelques numéros du spectacle Joyeux calvaire du Cirque du Soleil, présenté cet été à Trois-Rivières.

L’auditoire aurait pu s’attendre à un show explosif, à l’image du groupe coloré des Cowboys fringants, mais l’hommage présenté était tout en poésie.

Le numéro d’ouverture s’est déroulé sous les airs des Hirondelles, une pièce douce de l’album L’Expédition, avec une artiste solo qui survolait la scène en trapèze ballant. En début de spectacle, un couple osait langoureusement des acrobaties du haut de leur cadre russe, parfois avec les yeux bandés, sur la ballade Bye Bye Lou. Une artiste spécialisée en hula-hoop a ensuite capté toute l’attention, en dansant seule avec des cerceaux sur la chanson Pub royal, de l’album Octobre.

Les Cowboys fringants ont aimé la représentation.
Photo Andréanne Lemire
Les Cowboys fringants ont aimé la représentation.

La beauté des mots

« Ce soir, ce qui ressortait beaucoup, c’est l’écriture magnifique de Jean-François. Ça ajoutait à tout ce visuel. C’était super beau ! », a exprimé la violoniste Marie-Annick­­­ Lépine. Jean-François Pauzé, qui signe plusieurs textes des chansons des Cowboys fringants, était agréablement surpris du résultat.

Il a salué l’audace du Cirque du Soleil d’avoir mis en valeur des pièces plus méconnues du grand public.

Photo Andréanne Lemire

« Pour l’auteur que je suis, c’était quand même l’fun d’entendre des trucs qu’on ne joue jamais en spectacle », a-t-il commenté. L’équipe n’a pu ignorer les grands succès, comme Toune d’automne et Les étoiles filantes, où les artistes qui performaient en duo ajoutaient une touche romantique. Le décor comportait aussi une signature artistique, avec ses nombreuses maisons miniatures éclairées qui rappelaient régulièrement, durant les 75 minutes de prestations, la banlieue de Repentigny dans laquelle les Cowboys fringants ont grandi.

Photo Andréanne Lemire

Rythme endiablé

Par moments, le rythme endiablé accaparait la scène, comme durant la pièce La Manifestation, qui a mobilisé la trentaine d’artistes de la production. Des danseurs ont surpris les spectateurs, vers la fin du spectacle, en présentant leur chorégraphie énergique, les deux pieds dans des bassins d’eau. La pièce Par chez nous a servi une finale dynamique, avec des artistes en mouvement sur des barres fixes. En assistant à ce Joyeux Calvaire, les musiciens des Cowboys fringants ne se sentaient plus les seuls à faire les clowns sur les planches, devant autant d’acrobates. « On a des croûtes à manger ! », a plaisanté le bassiste Jérôme Dupras.

Photo Andréanne Lemire