/opinion/columnists
Navigation

Le Zoulou blanc

Le Zoulou blanc
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le musicien, chanteur et danseur sud-africain Johnny Clegg est mort avant-hier à l’âge de 66 ans. Ami du Festival d’été de Québec, il a consacré sa carrière à faire découvrir la culture zouloue au monde.

La rue

Issu d’une famille juive de Rhodésie, Jonathan Clegg est né en Angleterre et a voyagé beaucoup pendant son enfance. Élevé dans un milieu exclusivement blanc, il fréquente les écoles strictes de l’élite coloniale.

Très tôt, il manifeste une grande curiosité envers la culture africaine, au contact du chauffeur de la famille, puis du conjoint journaliste de sa mère, passionné par l’Afrique.

Visitant différents pays du continent, s’initiant à la survie dans la nature et se rapprochant de la culture zouloue lorsque sa famille se pose à Johannesburg, Johnny apprend la guitare au contact des musiciens de la rue.

C’est le début d’une carrière qui s’étendra sur cinq décennies et qui lui vaudra la consécration internationale. Ses rythmes et ses danses endiablés lui valent le surnom de « Zoulou blanc ».

Sauf que, pendant ce temps, l’œuvre de Johnny Clegg était censurée en Afrique du Sud, car il combattait l’apartheid et soutenait le prisonnier politique Nelson Mandela. Alors qu’il est célébré partout dans le monde, ses amis meurent encore dans la violence.

Tendre la main

Johnny Clegg est considéré comme l’un de ceux qui auront le plus fait pour mettre fin à l’apartheid, qui n’a toutefois pas mis fin à l’inégalité de destin entre les Noirs et les Blancs en Afrique du Sud. Contre celle-ci, Clegg n’a jamais cessé de lutter.

C’eut été dommage qu’on lui applique la grille de l’appropriation culturelle. L’avancement de la culture africaine et la progression de l’égalité en auraient été bien mal servis.

À la fin, c’est à cause des inégalités que c’est un enfant blanc qui a pu faire tout ce chemin. Un enfant noir né à la même époque n’y aurait pas eu accès. Pourtant, c’est justement à ceux qui sont privilégiés que revient de tendre la main à ceux qui ne le sont pas.