/entertainment/music
Navigation

Luc De Larochellière lance le 10e Festif!

Il a revisité l’intégrale de son premier album Amère America

Luc De Larochellière
Photo courtoisie, Jay Kearney Luc De Larochellière a offert l’intégrale de l’album Amère America, qui fête ses 30 ans, et quelques pièces de Sauver mon âme pour lancer la 10e édition du Festif! de Baie-Saint-Paul.

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-SAINT-PAUL | Trente ans après la parution de l’album Amère America, Luc De Larochellière trouve que les choses n’ont pas beaucoup évolué. Et il en a fait la démonstration, jeudi, en ouverture du Festif! de Baie-Saint-Paul.

« Je vais vous ramener 30 ans en arrière et vous parler d’une époque différente où il y avait de l’injustice, de l’ignorance et des mensonges. Même en politique », a-t-il lancé, avec ironie, après l’interprétation de la pièce Les élections.

Et il a poursuivi avec L’entraîneur qui aborde l’intimidation. « Quelque chose dont on ne parle plus aujourd’hui », a-t-il ajouté, avec un soupçon de sarcasme.

Luc De Larochellière a ramené à la vie la formation qui l’a accompagné lors de la tournée qui a suivi la parution d’Amère America.

Une idée qui a fait surface lorsque l’auteur-compositeur-interprète et son équipe ont décidé de rééditer un album qui était introuvable depuis 15 ans. Il n’existait plus en CD, en vinyle ou en numérique.

« On pouvait seulement le trouver en cassette usagée dans des marchés aux puces », a-t-il lancé, faisant rire un public un peu plus vieux, rassemblé à la salle Multi de l’Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix.

Un public différent de la masse de jeunes branchés qui ont assisté, en soirée, au triplé Les Louanges, Qualité Motel et ses invités, et Chroméo. Les gars de Qualité Motel ont tout de même fait un clin d’œil à Luc De Larochellière, lors de leur prestation, avec un court échantillonnage de Sauver mon âme. Amusant.

L’endroit n’était pas rempli au maximum de sa capacité, mais le public a savouré cette incursion dans cet opus qui a lancé la carrière de Luc De Larochellière, à 17 h.

Comme en 1989

Un spectacle identique à celui qu’il avait donné en 1989 au Club Soda à Montréal. L’auteur-compositeur-interprète retrouve le bassiste Yoland Houle, le batteur Sylvain Clavette, le claviériste et saxophoniste Gérard Cyr, le guitariste Marc Pérusse et les choristes Monique Paiement et Dominic Faure pour cette série de spectacles. Non, François Pérusse n’a pas fait d’apparition comme lors du Festival d’été à Québec.

« J’ai fait des recherches, je les ai tous retrouvés et ils ont tous accepté. Leur seule condition était de leur fournir le transport entre le CHSLD et la salle de spectacle », a-t-il fait savoir en riant.

En plus d’offrir de bons moments avec Chinatown Blues, La route est longue et une Amère America toujours efficace et d’interpréter, dans le désordre, l’intégrale de cet album, il a pigé dans Sauver mon âme, qui a suivi, avec Ma génération, Cash City, une superbe version d’Avenue Foch et la pièce titre.

Le trac du lendemain, offert en duo avec le claviériste Gérard Cyr, a été un très fort moment, tout comme Si fragile, avec des lignes d’harmonica soufflées par Marc Pérusse.

Excellente dans les sections plus calmes, la voix était parfois un peu enterrée dans les passages plus rythmés.


♦ Le Festif! se poursuit vendredi avec des prestations d’Ariane Moffatt, Safia Nolin, FouKi, Bears of Legend, les Vulgaires Machins et Gogol Bordello en tête d’affiche.

 

Prévisions

Vers une édition record

Tout indique, si la tendance se maintient, que le Festif! surpassera son record d’assistance de 2018. Plus de 90 % des billets de spectacle avaient trouvé preneur avant le coup d’envoi de l’édition 10e anniversaire.

Plus de 40 000 festivaliers sont attendus dans la petite municipalité charlevoisienne.

Plusieurs concerts seront présentés à guichets fermés comme le spectacle de Gogol Bordello, vendredi soir, avec The Brooks et le Québec Redneck Bluegrass Project en première partie. Tout comme le triplé de samedi qui mettra en vedette Alex Burger, Marjo et Les Trois Accords.

Il ne restait plus un seul billet pour la prestation de la pianiste Alexandra Stréliski, jeudi en début de nuit, au Jardin de François, sur le site de l’Hôtel Germain.

Même chose pour les prestations de FouKi, de Zach Zoya, de Naya Ali, des Dead Obies, des Vulgaires Machins, de Lydia Képinski et les spectacles de Bleu Jeans Bleu et Jérôme 50 qui se dérouleront sur une scène flottante, sur la rivière du Gouffre.

Exclusivités

Du vin et de la bière maison pour le festival

La MicroBrasserie Charlevoix répète l’expérience de l’été dernier avec une bière officielle brassée spécialement pour l’événement.

La cuvée 2.0 de La « Festif! » est conçue à partir de la mie des pains invendus provenant de la boulangerie À chacun son pain et du blé cultivé à Charlevoix. Le houblon provient de la houblonnière des Jarrets Noirs, située en Beauce, et le malt est canadien.

La recette de cette India Pale Lager a été modifiée afin d’offrir une bière moins amère que la cuvée 2018.

On offre aussi, pour la toute première fois, du vin en vrac. Le Charlevoyou, la division Vins et spiritueux de la Famille Migneron, a réservé une partie de la récolte biologique de la cuvée Rosé et de Vandal Cliche 2018 pour le Festif!

Le vin est servi à partir de fûts réutilisables en inox au bar de la scène principale. Cette initiative, qui s’inscrit dans la démarche de développement durable de l’événement, a permis d’éviter l’utilisation d’environ 500 bouteilles de verre à usage unique.

Une surprise ?

Kevin Parent a été aperçu à Baie-Saint-Paul

Kevin Parent a été aperçu à Baie-Saint-Paul au cours des derniers jours. Le chanteur ne se retrouve pas, toutefois, dans la programmation de cette 10e édition.

Il est ici soit en tant que festivalier, soit il sera peut-être d’une des prestations surprises qui sont annoncées une trentaine de minutes à l’avance par l’entremise de l’application mobile du Festif!.

Plusieurs artistes ont offert, au cours des dernières années, de courtes prestations mémorables dans des lieux inhabituels.

Vincent Vallières, Alaclair Ensemble, Patrick Watson, Dumas, Paul Piché et Pascale Picard font partie des artistes qui se sont prêtés à cet exercice.

 
Sur le même sujet