/sports/soccer/impact
Navigation

Sagna a trouvé la paix à Montréal

Le défenseur français apprécie beaucoup son nouveau milieu de vie

La famille de Bacary Sagna a été charmée par la vie qu’elle a trouvée à Montréal.
Photo d’archives La famille de Bacary Sagna a été charmée par la vie qu’elle a trouvée à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Bacary Sagna a connu la gloire en Europe, portant les couleurs d’Arsenal pendant sept ans et de Manchester City pendant trois autres années en plus de disputer 65 matchs en équipe de France avec laquelle il a participé à deux Coupes du monde et un Euro.

Pourtant, toute cette gloire a fini par être lourde à porter et quand son contrat s’est terminé à Manchester City, en 2017, il est parti pour la campagne italienne.

« J’ai fait un blocage en sortant de City parce que j’avais besoin d’être au calme, c’est ce qui m’a peut-être fait aller à Benevento. »

« C’est un petit village et j’ai passé cinq mois magnifiques. C’était du vrai foot, il n’y avait pas tout le côté business derrière et ça m’a fait du bien. »

Un besoin

Après cette demi-saison en Campanie, à un peu plus d’une heure au nord-est de Naples, il a choisi de se joindre à l’Impact au cours de l’été dernier.

« C’était un peu un saut dans le vide, je n’étais jamais venu à Montréal avant de signer mon contrat. »

Sagna a retrouvé le plaisir de vivre sa vie en toute liberté à Montréal et il ne tarit pas d’éloges à l’endroit de ses nouveaux concitoyens.

« Il faut louer l’état d’esprit des Québécois parce que ce n’est pas partout qu’on voit un peuple aussi sain, aussi posé et aussi respectueux et ça fait du bien. »

« Ça fait énormément de bien de savoir qu’on peut se promener dans une ville et qu’on est en sécurité. Et quand ils viennent, c’est toujours avec respect, politesse et avec le sourire. »

Positif

Sagna ne connaissait à peu près rien de Montréal avant d’arriver l’an passé. Il admet même en riant qu’il croyait que la métropole était située dans l’ouest du Canada, près de Vancouver.

Mais il a su bien vendre le projet à ses enfants avec l’aide de son épouse et tout le monde a fait le saut vers cette nouvelle vie.

« J’ai deux enfants de 8 ans et 10 ans et tout le monde a embarqué dans le projet. Mes enfants ont été habitués à bouger et à voir du monde. Il faut qu’ils apprennent à partager et ne pas toujours être dans un cocon. »

« Pour le plus petit, ç’a été un peu plus difficile à l’école parce qu’il lâchait ses copains, mais le grand s’est dit qu’il allait voir beaucoup de neige. »

Rester

La famille Sagna n’est à Montréal que depuis un an, mais a été complètement charmée par la vie qu’elle a trouvée ici au point où l’idée de s’établir à Montréal sur une base définitive flotte dans l’air.

« On a tourné les choses différemment, on leur a vendu la neige et aujourd’hui, c’est les enfants qui nous demandent si on va rester habiter ici. Je ne sais pas de quoi la vie est faite, mais je pense à rester m’installer ici », confie Sagna.

La résidence permanente du clan Sagna se trouve dans la région de Londres, mais il assure qu’il n’y trouve pas la même quiétude.

« Ils ont connu le trafic londonien. C’est une ville magnifique, mais c’est plein tout le temps même si j’habite à l’extérieur de Londres et qu’on a un grand jardin où ils peuvent sortir prendre l’air. »

Et si vous croyez qu’ils ont été effrayés par le rude hiver 2018-2019, détrompez-vous.

« L’hiver n’a pas été un choc, je m’attendais à ce qu’il fasse plus froid. C’est différent et agréable parce qu’on a vraiment les quatre saisons. Pour nous c’est magique. »

Respect

Plus que tout, il aime le côté moins formel du foot en Amérique du Nord.

« Ça m’a fait du bien, j’avais besoin de calme autour de ma vie privée.

« Ici, il n’y a pas de sécurité autour du terrain, il n’y a pas tout le protocole qu’il y a en Europe pour protéger les joueurs.

« Quand les gens sont éduqués et respectueux, ils ne vont jamais franchir la limite et ici, c’est ce que j’ai retrouvé », dit Sagna qui a choisi de vivre au centre-ville de Montréal pour des considérations pratiques.