/opinion/columnists
Navigation

Une fois, c’est...

Coup d'oeil sur cet article

Une fois, c’est un habitant qui est en train de faire passer ses brebis d’un champ à l’autre lorsqu’arrive soudainement une grosse bagnole noire. La voiture s’arrête, et en descend un monsieur cravaté qui dit au fermier : « Salut. Si je te dis exactement combien tu as de brebis, est-ce que tu m’en donnes une ? » Le fermier le trouve drôle, décide d’embarquer dans le jeu et répond : « Ben sûr... »

Le cravaté regarde le troupeau et après quelques secondes seulement dit : « Il y a 79 brebis là-dedans. » Le fermier est épaté : « Wow ! Tu m’impressionnes. Il y a vraiment 79 brebis. Tu as gagné. Choisis-en une. »

Juste avant que l’homme à la voiture noire ne parte, l’habitant lui dit : « Juste avant de partir, de même. Si je te dis ce que tu fais dans la vie, est-ce que tu me redonnes ma brebis ? »

Le cravaté accepte. « Toi, tu travailles pour le gouvernement. »

Le cravaté répond : « Tu as bien raison. Comment t’as fait pour savoir ça ? » L’autre répond : « C’est pas compliqué. D’abord, t’as pas d’affaire icitte. Deuxièmement, tu connais rien là-dedans. Troisièmement, ouvre ta valise, pis redonne-moi mon chien. »

C’EST QUI ?

Elle est bonne, n’est-ce pas ? En tout cas, moi, je l’ai bien ri. Ma question est celle-ci : « Qui invente ces histoires, dont la plupart commencent par “Une fois, c’t’un gars...” ? » D’où partent-elles ? Parce que c’est plus qu’une phrase. Il y a une structure, une montée, un punch. Qui pense à ça ? Ça existe dans toutes les langues, dans tous les pays et depuis la nuit des temps. Les bonnes vieilles jokes. Je ne sais pas qui les invente, mais... lâche pas.

ATTAQUE À CINQ

  • Ce qui est le plus frustrant quand on a seulement deux semaines de vacances, c’est qu’il faut trois jours pour sortir de Montréal.
  • « Les Alouettes n’ont pas de propriétaire, pas de directeur gérant et ils gagnent. Ça fait peur. » (Molson et Bergevin)
  • Quand tu dis que le prix de l’essence monte pendant que tu gazes...
  • La dernière fois qu’on a eu chaud de même, c’est quand Québec solidaire menait le soir des élections.
  • Apprenez à sortir des trappes de sable en consultant notre site wedge.

À DEMAIN

Une fois, c’est deux gars...