/sports/football/alouettes
Navigation

Antonio Pipkin doit patienter

Antonio Pipkin doit patienter
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

En vertu des récentes performances du quart-arrière Vernon Adams fils, pas question de précipiter le retour au jeu d’Antonio Pipkin chez les Alouettes.

«Il ne sera pas en uniforme, il n’est pas encore rendu là, on ne veut pas l’utiliser tant et aussi longtemps qu’il ne sera pas à 100% ou tout près», a confirmé l’entraîneur-chef Khari Jones, vendredi, à la veille du match contre les Eskimos d’Edmonton.

La possibilité d’insérer Pipkin dans la formation tout en le gardant sur les lignes de côté a été étudiée plus tôt cette semaine, mais le rôle de substitut reviendra à nouveau à Matthew Shiltz.

«Je me sens mieux à chaque jour, a pour sa part indiqué Pipkin, qui s’était blessé à une jambe lors du premier match de la saison, le 14 juin, à Edmonton. Pour le moment, j’essaie simplement d’être un bon coéquipier et de continuer à apprendre en restant fort mentalement. Tu ne veux jamais être un cancer pour une équipe.»

Une question de constance

Avec Adams fils qui se montre convaincant d’une semaine à l’autre, on voit mal comment Khari Jones pourrait choisir de le remplacer, même avec Pipkin en santé.

«Je ne suis pas surpris par le rendement de Vernon, je savais qu’il avait ce potentiel en lui, a noté l’entraîneur-chef. Il prend de la maturité comme joueur de football et on veut voir un gars comme lui passer à la prochaine étape.

«Vernon est capable de faire le vide si jamais il y a un jeu négatif pour mieux revenir par la suite et il devient de plus en plus constant», a ajouté Jones.

Marcus Taylor à surveiller

Parmi les points d’interrogation chez les Alouettes, le jeune Marcus Taylor, 22 ans, tentera d’en mettre plein la vue, ce samedi, comme spécialiste des retours de botté, lui qui succède à Stefan Logan, libéré plus tôt cette semaine.

«Je suis excité à l’idée de voir Marcus Taylor sur le terrain, avec ce qu’on a vu à l’entraînement», a admis Jones.