/news/currentevents
Navigation

Il abuse d’une enfant sous la garde de sa conjointe

L’individu aurait agressé une fillette de 5 ans à plusieurs reprises

L’accusé Nicolas Zakzuk Gaviria, vendredi, au palais de justice, et son avocate.
Photo Nicolas Saillant L’accusé Nicolas Zakzuk Gaviria, vendredi, au palais de justice, et son avocate.

Coup d'oeil sur cet article

Le conjoint d’une propriétaire de garderie a profité de la sieste et de l’absence de sa conjointe pour abuser d’une fillette de cinq ans à plusieurs reprises.

Originaire de Colombie, Nicolas Zakzuk Gaviria assistait sa conjointe qui opérait une garderie à la maison dans le secteur Sainte-Foy. Bien que la femme était responsable des enfants, il s’avère que son conjoint était très présent et s’occupait aussi des petits.

L’une des fillettes âgées d’environ cinq ans, qui était gardée par le couple, a toutefois fait des verbalisations concernant l’homme de 50 ans pour des gestes commis en 2015 et 2016. Cette dernière avait alors dit à sa grand-mère que Gaviria mettait « son truc pour faire pipi dans mes fesses ».

La famille de la fillette a évidemment pris au sérieux cette déclaration et a appelé les policiers pour porter plainte. Bien que la très jeune victime exprimait les agressions avec des mots d’enfants, il s’avère que cette dernière était assez précise quant à la séquence des événements.

Plusieurs reprises

Elle a raconté que l’accusé venait la chercher pendant que les « amis » faisaient la sieste alors que la conjointe pouvait se trouver à l’étage ou encore à l’extérieur. Il se rendait ensuite dans la chambre d’un de ses fils où les agressions avaient lieu en la prenant par la main : des touchés aux parties intimes avec les mains ou les organes génitaux de l’accusé.

Sans être en mesure de dire combien de fois les agressions ont eu lieu, la jeune victime a verbalisé qu’il y avait eu plusieurs abus.

La preuve n’a pas pu permettre de conclure qu’il y a eu pénétration, mais l’accusation de contact sexuel a été retenue par la juge Johanne Roy qui a reconnu coupable Nicolas Zakzuk Gaviria.