/sports/golf
Navigation

Omnium britannique: «Je vais gagner d’autres tournois» –Tiger Woods

Omnium britannique: «Je vais gagner d’autres tournois» –Tiger Woods
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

PORTRUSH, Irlande du Nord | Il faudra que les amateurs s’y fassent, les beaux jours de Tiger Woods sont du passé. Il connaîtra ses hauts et ses bas, comme ses deux rondes à Royal Portrush. Il assure toutefois qu’il ne baissera pas les bras.

Soudainement, le 14 avril 2019, jour de son incroyable victoire au Tournoi des Maîtres, semble si loin. Ce n’était qu’il y a trois mois. On le sentait invincible, prêt à soulever les trophées du Championnat de la PGA à Bethpage et de l’Omnium américain à Pebble Beach, deux endroits où il a excellé dans sa carrière.

Le Sud-Africain Dylan Frittelli a sauté une clôture pour récupérer sa balle tout près du 17e trou.
Photo AFP
Le Sud-Africain Dylan Frittelli a sauté une clôture pour récupérer sa balle tout près du 17e trou.

Il n’a pas écrit ces chapitres de son scénario romanesque, tombant sous le couperet à Long Island et réussissant à l’éviter de justesse en Californie. Cette fois, sur la côte de l’Irlande du Nord, son jeu inégal ne lui a pas permis de se faufiler dans les rondes finales. Son dossier cumulatif de +6 l’a renvoyé immédiatement en Floride malgré une deuxième carte de 70 (-1).

La dernière fois qu’il a raté deux couperets dans les tournois majeurs d’une même saison, c’était en 2015, évincé des omniums américains et britanniques ainsi que du Championnat de la PGA. Pas de similitudes entre ces deux épisodes de sa vie. « J’étais dans les pires moments de ma vie, a-t-il précisé. Ce n’est pas le cas présentement. Je joue mal et je ne réussis pas à afficher de bons scores. Les mauvais s’accumulent. »

Tiger Woods avait la mine déconfite, vendredi, à Royal Portrush.
Photo AFP
Tiger Woods avait la mine déconfite, vendredi, à Royal Portrush.

Résignation

Jeudi soir, Woods était résigné après sa pénible journée sur le Dunluce Links. Son dos engourdi par l’humidité, la pluie et la fraîcheur de l’air le long de l’Atlantique Nord lui rappelaient que plus jamais il ne se sentirait comme le golfeur hargneux de ses 20 ans.

« Ce qui est le plus difficile à accepter comme athlète vieillissant, c’est que tu n’affiches pas la même constance qu’à 23 ans, a mentionné le golfeur de 43 ans, champion de 15 titres majeurs. Les choses sont différentes. Je vais avoir mes bonnes semaines quand je vais être dans la course avec des chances de gagner. Je vais gagner des tournois, a-t-il assuré. Mais parfois, je ne serai pas là du tout. Ce n’était pas le cas il y a une vingtaine d’années. J’avais un corps différent et je pouvais être plus constant. »

Sur le 13e vert, Tommy Fleetwood explique à son cadet la distance qu’il a ratée pour atteindre le trou.
Photo AFP
Sur le 13e vert, Tommy Fleetwood explique à son cadet la distance qu’il a ratée pour atteindre le trou.

Avec ses multiples opérations au dos, Woods n’est plus en mesure de s’entraîner comme il le faisait. La préparation doit être plus courte et ciblée. Terminées les séances de cinq heures au champ de pratique, deux rondes dans la journée et les courses de huit kilomètres avant de terminer dans le gymnase.

« La vie change. Il faut s’adapter. C’est plus difficile », a soutenu le Tigre.

C’est d’ailleurs pourquoi il a substantiellement réduit son horaire. Cette sortie à Portrush était sa 10e dans un événement officiel cette saison. Depuis sa victoire à Augusta, il a bouclé 12 rondes en tournoi.

Avant de quitter la sympathique ville nord-irlandaise, il a déclaré qu’il avait besoin de temps hors des parcours, sentant le besoin de se retrouver à la maison. Immédiatement après l’Omnium américain, Woods a voyagé vers l’Asie pour visiter la Thaïlande avec sa mère et ses enfants. Il a ensuite mis le cap vers l’Europe afin de découvrir le Dunluce Links.

La pluie est venue ralentir les ardeurs des golfeurs, vendredi. Le Britannique Justin Rose a eu besoin d’un parapluie pour se protéger avant de jouer son coup sur le 18e vert.
Photo AFP
La pluie est venue ralentir les ardeurs des golfeurs, vendredi. Le Britannique Justin Rose a eu besoin d’un parapluie pour se protéger avant de jouer son coup sur le 18e vert.

Les yeux sur les éliminatoires

Le golfeur a confirmé son absence au Championnat du monde de golf la semaine prochaine à Memphis. Il sera de retour au jeu lors de la première étape des éliminatoires de la coupe FedEx, le Northern Trust au New Jersey débutant le 8 août. Celui qui occupe le 23e rang du classement veut conserver son énergie et sa forme physique pour les grands moments.

L’an dernier, il avait récolté sa 80e victoire en carrière en remportant le Championnat du circuit de la PGA à East Lake. L’ère de Tiger Woods n’est pas terminée. Il faut seulement accepter qu’elle s’essouffle, comme celles de Jack Nicklaus, Arnold Palmer, Ben Hogan et compagnie. C’est le cycle de la vie. Tant pour les lions que pour les tigres !