/news/currentevents
Navigation

Deux hommes tirés sur la même rue en trois mois

L’inquiétude des citoyens de la rue Troy à Verdun augmente

Coup d'oeil sur cet article

Un homme a été atteint par balles à proximité d’un Centre de la petite enfance de l’arrondissement Verdun en plein après-midi samedi à peine trois mois après une tentative de meurtre survenue quasiment au même endroit.

Des résidents de la rue Troy, près du boulevard LaSalle, rapportent avoir entendu trois coups de feu vers 15 h 15, après avoir aperçu trois hommes au torse nu débarquer d’une voiture.

Un individu de 25 ans aurait été atteint par balles aux jambes dans la ruelle derrière cette rue, mais il était hors de danger samedi soir.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) confirme que ce dernier est connu des milieux policiers, qu’il connaît ses agresseurs et ne collabore pas avec les forces de l’ordre. Le SPVM valide également le fait que la victime a été atteinte par plusieurs projectiles, au « bas du corps ».

Des voisins rencontrés sur les lieux par Le Journal suspectent un règlement de comptes lié à la vente de drogue. Ils s’inquiètent pour leur sûreté et celle des enfants qui fréquentent le CPE Parminou, situé sur ce même tronçon de rue, à quelques dizaines de mètres de là.

Il faut dire qu’un homme de 49 ans a également été tiré sur la rue Troy le 24 avril, presque au même endroit. Lui aussi avait survécu à ses blessures. Le SPVM ne confirme pas de lien entre ces deux événements.

Ça va finir quand ?

« Je commence à réellement avoir des doutes sur notre sécurité », a dit un voisin qui a requis l’anonymat par peur de représailles.

Il craint qu’un tel événement se reproduise tandis que le CPE est ouvert, ou que plusieurs enfants jouent à l’extérieur.

Le père d’un garçon qui fréquente ce CPE a confié au Journal être inquiet qu’il y ait eu des coups de feu, mais relativise la situation puisque son fils ne passera qu’une autre année à cet endroit avant d’entrer en maternelle.

« C’est un très bon CPE. Le directeur nous informe beaucoup », a-t-il dit, préférant lui aussi ne pas être nommé, vu la nature des événements.

Le père ne souhaite toutefois pas voir son enfant fréquenter cette rue encore plusieurs années.