/travel/destinations
Navigation

Jocelyne Cazin: âme voyageuse

ÉVA 0720 Passeport de stars
Photo courtoisie Jocelyne Cazin, en pleine dégustation au célèbre restaurant Alinea, à Chicago.

Coup d'oeil sur cet article

Elle en a fait des voyages outre-mer ! Dès son plus jeune âge, Jocelyne Cazin, qui est née en France, accompagnait ses parents installés au Canada pour visiter la famille chez les cousins français ! Mais ce qui lui a surtout donné la piqûre du voyage est l’exposition universelle de 1967 : « L’Expo m’a éveillée sur le monde ! À 24 ans, j’ai fait mon premier voyage solo sur le pouce à travers l’Europe. Mon sac à dos arborait le drapeau du Canada, car ce dernier avait une excellente réputation à l’époque, ce qui est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui », dit celle qui a visité une trentaine de pays, dont le Maroc, la Jordanie, la Chine et le Cambodge, et qui compte en voir le double dans les prochaines années !

Vous aimez faire des voyages à thème, comme des séjours ­gastronomiques, semble-t-il ?

J’en ai fait un extraordinaire à ­Chicago, l’une de mes villes coup de cœur aux États-Unis. C’était un voyage ­gastronomique de groupe organisé par Les Touilleurs, une ­boutique de la rue Laurier. Nous avons découvert la ville à travers une ­tournée des meilleurs ­restaurants. J’ai eu le privilège de ­manger au célèbre restaurant ­Alinea, ­considéré comme l’un des dix ­meilleurs restaurants en Amérique du Nord. Ce restaurant s’inspire de la cuisine moléculaire du célèbre El Bulli, un ancien restaurant réputé de la Catalogne.

Qu’avez-vous apprécié ­également de Chicago ?

Bien sûr son architecture ! Il faut à tout prix faire une croisière sur la ­Chicago River avec les immenses et beaux gratte-ciel, plus ­impressionnants les uns que les autres. J’ai aussi pris beaucoup de plaisir à découvrir les maisons du célèbre architecte Frank Lloyd Wright. Dans le but d’éviter que les gens se fassent voler, il a même conçu des résidences dont la porte d’entrée n’est pas visible de ­l’extérieur ! Quelle ingéniosité !

Quels ont été vos voyages les plus marquants ?

J’ai beaucoup aimé la Turquie. ­Istanbul est une ville fascinante avec ses 16 millions d’habitants, dont plus de 30 % de la population a moins de 20 ans ! Une ville qui nous offre tous les panoramas, de l’antique au moderne, de l’Europe à l’Asie, puisqu’Istanbul est séparée par le fleuve Bosphore ; d’un côté l’Europe, de l’autre l’Asie.

En Turquie, il faut visiter la ville de Yalikavak dans la région de Bodrum avec sa vue extraordinaire sur la mer Égée et la péninsule de Yalikavak. Au coucher de soleil, le temps s’arrête, et la beauté n’en finit plus d’être belle. La Cappadoce m’a ­complètement ­séduite avec ses villages ­souterrains construits sept siècles av. J.-C. Un ­dépaysement total ! Éphèse, une ­ancienne cité grecque, véritable joyau de l’Antiquité est également à découvrir !

La Chine est un autre voyage que vous avez beaucoup apprécié ?

L’armée en terre cuite à Xi’an
Photo courtoisie
L’armée en terre cuite à Xi’an

Tout à fait, surtout que je rêvais depuis mon enfance de monter la Grande ­Muraille de Chine. J’ai ressenti aussi beaucoup ­d’émotions quand je me suis retrouvée sur la place Tian’anmen. En 89, lors de la grande manifestation étudiante et ­ouvrière qui rejetait la corruption et ­réclamait plus de démocratie, j’étais ­lectrice de nouvelles à TVA, et j’ai suivi de près les ­événements. Quels frissons j’ai eus à ­marcher ­exactement au même endroit ! Je revoyais les images de ce jeune Chinois en train ­d’affronter le gros tank ! Une ­expérience mémorable. Je suis aussi allée à Xi’an dans la province du Shaanxi, pour visiter ce ­célèbre musée ­composé de trois fosses, là où on retrouve l’armée en terre cuite de l’empereur Qin. Cette armée, ­découverte par hasard en 1974 par un fermier, est composée d’un peu plus de 7000 soldats, chevaux et chariots en ordre de bataille protégeant le tombeau de l’empereur Qin depuis 210 av. J.-C. Une vraie merveille !

Et parlez-nous de votre voyage au Cambodge ?

Vue à couper le souffle au Cambodge
Photo courtoisie
Vue à couper le souffle au Cambodge

À Phnom Penh, la capitale du ­Cambodge, j’ai fait un tour de cyclo-pousse. Mon ­chauffeur à bicyclette m’a fait ­visiter la ville à ­travers un trafic presque ­désordonné, mais ­malgré tout, personne ne ­roulait en fou ! La ­promenade qui fut très ­sympathique s’est terminée au bord de la ­rivière Tonlé Sap, qui se jette dans la célèbre rivière ­Mékong. J’ai également ­parcouru le ­Mékong, en plus de visiter le palais royal du fils du roi ­Norodum, un célibataire de 63 ans ! Je garde un bon souvenir de ma visite de la province de Kompong Chnang où les poteries et ­céramiques sont légion. J’y ai vu beaucoup de bouddhas ! En fait les bouddhas sont partout au Cambodge !

Et vous avez même découvert un village flottant ?

Une escapade complètement dépaysante ! Un village flottant (il y en a plusieurs dans ce pays) de 12 000 habitants, des pêcheurs pour la plupart, sur le lac Tonlé Sap. Il s’agit d’un vrai village, et on y trouve l’essentiel, mais l’hygiène selon nos normes manque à l’appel. Enfin, ce ne sont pas les visites des temples qui manquent au Cambodge. Nous en avons vu quelques-uns, dont le Banteay Srei, datant du 10e siècle.

Et vous avez vécu tout un massage des pieds dans ce pays ?

Tout à fait, j’ai reçu un massage des pieds par des tilapias. Les 30 premières secondes sont insoutenables, puis comme tout le reste de notre existence, on s’habitue. Ces poissons nettoient nos vieilles peaux. Heureusement qu’ils se contentent des pieds !

Quelle est la destination que vous visiteriez encore et encore ?

Les plaisirs du golf en Provence
Photo courtoisie
Les plaisirs du golf en Provence

J’ai fait la France une trentaine de fois. Je ne me lasse jamais d’y aller en raison de la diversité des paysages et de la ­gastronomie unique de chaque région ! Pour un ­premier voyage, je suggère aux Québécois de ­découvrir la Normandie et sa magnifique côte, d’autant plus que ­plusieurs sont ­d’origine normande. La côte bretonne ­mérite également le détour. On y mange des fruits de mer déments ! Ne manquez pas non plus la région du Périgord, le pays du canard ! À Sarla, la capitale, j’y ai ­mangé les meilleurs au monde. Sur place, faites une randonnée en kayak pour voir les ­châteaux qui bordent le fleuve Dordogne. Une ­expérience magique ! Évidemment, il faut voir Paris, et la Provence avec ses vieux villages du 15e siècle !


♦ Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook