/news/currentevents
Navigation

La Sûreté du Québec change de ton sur Facebook

operation radar 010
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les internautes qui veulent critiquer le travail des policiers sur Facebook devront peut-être y penser deux fois dans l’avenir. La Sûreté du Québec (SQ) a décidé, au cours des dernières semaines, de changer de ton sur les réseaux sociaux et de répondre directement aux messages les plus virulents.

Vendredi, alors que le corps policier provincial annonçait sur Facebook le début de sa campagne de sécurité pour les vacances de la construction, plusieurs guerriers du clavier en ont profité de l’occasion pour remettre en doute le bien-fondé de cette opération.

«Wow plus de ticket, bravo [sic]», a commenté un internaute.

Ce à quoi la page officielle de la SQ a répondu: «Ben oui. Plus de tickets pour ceux et celles qui ne respectent pas le Code de la sécurité routière. Ils mettront ça dans leur budget de vacances.»

Nouvelle ligne éditoriale

«On a changé notre ligne éditoriale sur Facebook pour avoir un ton différent, notamment sur la page Facebook», a confirmé le lieutenant Hugo Fournier, du service des communications de la SQ en entrevue à TVANouvelles.ca.

La Sûreté du Québec dit s’être inspirée de ce qui se fait ailleurs dans le monde et dans d’autres organismes publics pour mettre en place cette nouvelle politique.

D’autres répliques, plus corrosives, ont toutefois fait sourciller certaines personnes.

À une internaute qui soutenait que le corps policier voulait «s’assurer de bien remplire les coffre de l’etat [sic]», le gestionnaire de la page a contre-attaqué en déclarant que «mieux vaut donner une contravention à un cabochon qui ne respecte pas la sécurité routière que d’être sur une scène de collision mortelle».

«Check le zinzin sur le radar en arrière», a voulu faire remarquer un autre usager.

«Check le moron qui se prend pour Gilles Villeneuve!» a rétorqué la SQ.

«Il y a peut-être de petits ajustements à faire, reconnait le lieutenant Fournier, qui dit tout de même assumer ce qui a été écrit. D’un autre côté, il y a aussi plein de commentaires positifs présentement sur notre page Facebook.»

M. Fournier précise néanmoins que cette nouvelle façon de faire ne concerne que les réseaux sociaux. Le ton des communications traditionnelles, notamment celui employé par les porte-paroles et dans les communiqués officiels, demeurera sobre.