/news/green
Navigation

L’humidité étouffante tire à sa fin

Du temps moins chaud et surtout moins humide est attendu sur la province dans les prochains jours

GEN-METE0-CHALEUR
Photo Agence QMI, Joël Lemay Lionel Haddad, 1 an et demi, batifolait samedi dans le sable à la nouvelle plage de Verdun. Plusieurs ont profité de ce nouveau lieu de détente pour se rafraîchir.

Coup d'oeil sur cet article

Les quelques jours de chaleur accablante et d’humidité pour le début des vacances de la construction vont tranquillement faire place à des températures plus confortables, selon Environnement Canada.

L’amélioration va déjà être ressentie dès dimanche sur l’ouest du Québec, indique Dominic Martel, météorologue pour Environnement Canada. De l’air sec soufflera sur l’Outaouais à partir de dimanche après-midi, ce qui va doucement ramener les températures autour des normales saisonnières.

L’île de Montréal connaîtra toutefois une dernière journée d’humidité dimanche avant d’avoir droit à ce répit.

L’humidex doit atteindre 38 au cours de la journée, ce qui est tout de même quelques degrés moins chaud que samedi, tandis que l’humidex a grimpé jusqu’à 43 en après-midi.

Retour à la normale

Le changement d’air doit s’opérer graduellement au cours de la nuit prochaine sur le sud-ouest de la province, pour atteindre un maximum de 25-26° Celcius lundi, avec très peu d’humidité.

« Ça va être une autre masse d’air. Ça va vraiment être plus agréable, moins lourd », indique le météorologue.

Les températures suffocantes des derniers jours seraient la conséquence de la tempête tropicale Barry, qui a frappé le sud des États-Unis la semaine dernière.

Le retour aux normales saisonnières facilitera aussi le travail des paramédics, qui ont dû composer avec la chaleur intense samedi. Ils étaient environ 150 à sillonner les rues de Montréal et de Laval et n’avaient souvent que très peu de temps pour éviter des drames liés à la chaleur.

« C’est une question de secondes, lorsque les premiers répondants sont arrivés sur les lieux, le patient respirait à peine », a expliqué à TVA Nouvelles le chef aux opérations Stéphane Smith, quelques instants après une intervention.

La température suffocante augmente les risques de problèmes de santé pour les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques, et complique les interventions.

Aidants exposés

« Il y a plusieurs appels et c’est difficile pour les gens qui travaillent chez nous, dont nos paramédics, qui sont exposés à la chaleur », a également indiqué M. Smith.

Lors de la canicule de l’été dernier, 86 décès ont été répertoriés au Québec, dont 66 sur l’île de Montréal. Depuis le 4 juillet, 116 appels ont été répertoriés pour des coups de chaleur.

– Avec l’Agence QMI