/world/opinion/columnists
Navigation

L’Iran joue avec le feu

Coup d'oeil sur cet article

Les Iraniens font une gaffe majeure en se lançant dans une escalade militaire contre les États-Unis et leurs alliés. Il est possible de deviner leurs motivations. Ils ont observé l’évolution du conflit entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Ils ont bien compris que plus la Corée du Nord devenait menaçante, meilleure était sa position de négociation. Mais l’Iran n’est pas la Corée du Nord. Plus l’Iran deviendra menaçant, plus les risques de guerre augmenteront. Hier, la capture d’un pétrolier britannique a encore fait monter la tension.

1. Quelles sont les étapes de ­l’escalade entre l’Iran et les États-Unis ?

L’escalade a commencé quand les États-Unis se sont retirés du traité sur le contrôle nucléaire signé en 2015 avec l’Iran. Elle s’est accentuée quand les États-Unis ont fait pression sur leurs alliés pour les empêcher de commercer avec l’Iran. Depuis un mois, l’escalade s’accélère. Le 20 juin dernier, l’armée iranienne a abattu un drone américain. Le 4 juillet, les Britanniques ont saisi à Gibraltar un pétrolier iranien qu’il soupçonnait de se livrer à la contrebande de pétrole avec la Syrie. Le 7 juillet, l’Iran a tenté de bloquer le passage à des navires britanniques dans le détroit d’Ormuz. Le 14, l’Iran a prétendu avoir arraisonné un navire qui se livrait à de la contrebande. Hier, l’armée américaine a abattu un drone qui s’était approché d’un de ses navires. L’Iran a démenti l’information.

2. En quoi la situation entre l’Iran et la Corée du Nord est-elle similaire ?

Les deux pays présentent quelques similitudes. Les deux sont des régimes politiques totalitaires parmi les plus oppressifs au monde. Les deux gouvernements ont assis une partie de leur légitimité sur la détestation des États-Unis. Le gouvernement iranien veut se doter de l’armement atomique et la Corée du Nord possède déjà de l’armement nucléaire.

3. En quoi la situation entre l’Iran et la Corée du Nord est-elle différente ?

Contrairement à la Corée du Nord, l’Iran occupe une zone vitale pour les pays occidentaux. Environ le tiers du pétrole mondial transite par le détroit d’Ormuz, au sud de l’Iran. Les menaces contre la navigation dans ce détroit risquent de faire monter les prix du pétrole. Ensuite, l’Iran ne dispose pas de l’appui indéfectible d’une puissance nucléaire. On se souviendra que la Chine avait posé à la Corée du Nord des conditions très strictes : elle défendrait la Corée du Nord en cas d’attaque américaine, sauf si c’était Pyongyang qui déclenchait une attaque en premier. Enfin, la Corée du Nord ne fait pas face à des ennemis comme Israël et l’Arabie saoudite, qui, tous deux, ont juré la perte de l’Iran.

4. Le gouvernement iranien cherche-t-il la guerre ?

Les dirigeants iraniens ne veulent pas nécessairement la guerre. Il se pourrait qu’ils cherchent surtout à faire augmenter les prix du pétrole pour compenser l’embargo imposé à la plus grande partie du pétrole iranien. Cependant, plusieurs ont intérêt à une guerre contre l’Iran : Donald Trump pour sa réélection, Israël pour en finir avec l’Iran, la Turquie pour raccommoder ses relations avec les États-Unis, l’Arabie saoudite pour abattre un ennemi héréditaire...

5. Quelle serait l’issue d’une guerre contre l’Iran ?

La guerre sera probablement remportée par les États-Unis et leurs alliés, du moins tant que l’Iran ne parviendra pas à engager à ses côtés une puissance nucléaire. Cependant, l’Iran pourrait tenter de frapper militairement des alliés américains en Europe et au Proche-Orient.