/weekend
Navigation

L’univers du fantastique

L’univers du fantastique
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une fois de plus, l’auteur et metteur en scène Bryan Perro transportera ses spectateurs dans l’univers du fantastique avec Le phénix, une nouvelle comédie musicale inspirée des célèbres histoires d’Amos Daragon. Pour l’occasion, c’est le septième tome de la série mythique qui est à l’honneur.

Pour cette troisième création, Bryan Perro déménage Amos Daragon dans une salle intérieure, lui qui avait l’habi­tude, par le passé, de présenter ses spectacles dans un amphithéâtre extérieur à la cité de l’Énergie de Shawinigan. « C’est beaucoup plus facile, on n’a pas à se préoccuper de la pluie ou d’attendre la noirceur pour commencer notre spectacle et on peut même répéter le jour. Je peux aussi travailler avec du blacklight, c’est un bonheur », explique-t-il. « De plus, on n’est plus prisonnier de l’endroit. »

C’est d’autant plus significatif lorsqu’on apprend que ce spectacle, qui est présenté pour deux étés consécutifs au centre des arts de Shawinigan, est aussi destiné à une tournée nationale et internationale. Raison de plus pour s’adapter à un espace intérieur.

Pour l’occasion, Bryan Perro a choisi de transposer sur scène son septième tome, Voyage aux enfers. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir lu les livres pour apprécier le spectacle, prévient-on.

« On descend vers la cité infernale avec plusieurs niveaux d’enfer, ­annonce Bryan Prerro. Chaque niveau représente une scène. » On se demandera comment le héros parviendra à sortir de la cité infernale. « Bien évidemment, on aura une solution », confie l’auteur.

L’univers du fantastique
Photo courtoisie

Inspiration asiatique

Si le héros de Bryan Perro doit traverser les enfers, il n’en demeure pas moins que nous serons dans un univers ludique qui oscillera entre le fantastique et l’humour. « On ne fera pas peur aux enfants, prévient l’auteur. C’est comme les œuvres de Walt Disney. »

Pour ajouter à la magie, toute l’esthétique du spectacle est d’inspiration asiatique et de l’opéra chinois. « L’inspiration s’est transformée en Manga, qui se veut de la bande dessinée asiatique », ajoute-t-il.

Il faut aussi savoir que Bryan Perro a déjà décidé de transporter son spectacle en Asie. « Comme les livres d’Amos Daragon ont été traduits pour le marché chinois, et précédemment au Japon, j’ai voulu ajouter pour ce spectacle une esthétique Manga qui est très en vogue là-bas », fait-il remarquer, précisant qu’il amorce également des négociations avec la Corée.

Effets spéciaux

Selon l’auteur, chaque scène représente un défi technologique. En plus de l’utilisation d’effets spéciaux, l’univers 3D sera exploité ainsi que la projection d’images géantes et des costumes DEL. « Nous sommes dans les nouvelles technologies, indique le metteur en scène. J’ai un immense dragon qui est gigantesque », s’exclame-t-il. Les spectateurs auront également droit à de la musique rythmée, de la danse acrobatique et des personnages très colorés. « On a 15 artistes­­­ sur scène, dont 3 comédiens et 12 danseurs, souligne le créateur. Ce sont tous des artistes professionnels originaires de la Mauricie. » Le théâtre d’ombres sera également de la partie.

De la musique originale créée par le compositeur Jeannot Bournival accompagnera sur scène les marionnettes géantes.

Le phénix

Auteur et metteur en scène : Bryan Perro

Avec 15 artistes sur scène

Jusqu’au 18 août au centre des arts de Shawinigan