/misc
Navigation

Six offrandes passe-partout pour les vacances

Cet amalgame de leurres vous permettra de déjouer l’ensemble des poissons qu’on retrouve dans nos divers plans d’eau, et ce, tout au long de la période estivale et même automnale, lorsque permis.
Photo courtoisie Cet amalgame de leurres vous permettra de déjouer l’ensemble des poissons qu’on retrouve dans nos divers plans d’eau, et ce, tout au long de la période estivale et même automnale, lorsque permis.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des manufacturiers qui développent des produits spécifiquement élaborés pour irriter les sens de certains prédateurs. L’achigan à petite bouche, l’achigan à grande bouche et le maskinongé en sont de bons exemples.

On retrouve heureusement certaines variétés de leurres dans les présentoirs des marchands qui sont très efficaces pour de multiples opposants. Je vous présente aujourd’hui un assortiment réduit composé de seulement six offrandes qui pourraient vous aider à capturer presque toutes les espèces sportives de la Belle Province.

Un grub

Les leurres souples à queue courbée, qu’on appelle souvent curly tail ou grub, sont incroyablement polyvalents. Il en existe de nombreux modèles efficaces sur le marché. Celui que j’utilise le plus fréquemment est le Twister Meeny de trois pouces de couleur blanche. Il est productif à la dandinette, au lancer ou à la traîne lorsqu’on l’empale sur une tête plombée de 1/4 ou de 3/8 d’once. Il génère aussi de très bons résultats en surface quand on le monte sur un hameçon léger ou derrière une cuillère métallique pour accentuer l’effet attracteur. Toutes les espèces en raffolent. Il est même possible de couper quelques centimètres au besoin pour des adversaires de petite taille.

Comme une sangsue

La Wooly Bugger imite à perfection une sangsue qui se déplace dans la colonne d’eau. On peut s’en servir avec tous les types de soies ou tout simplement avec un monofilament et un plomb fendu pour l’entraîner en profondeur. Parmi toutes les couleurs de Wooly Bugger développées par les artisans, c’est la noire qui est la plus productive, selon mes observations. Un montage avec ce genre de mouche nouée à un ou deux mètres en avant d’un poisson-nageur fait souvent toute la différence pour obtenir les réactions souhaitées.

Une cuillère

Toutes les offrandes métalliques génèrent des reflets et des vibrations qui ne manquent pas d’attirer l’attention des prédateurs visés. Parmi toute la kyrielle disponible en boutique, il y en a plusieurs qui ont fait leur marque au fil des temps. Il suffit de penser à la Toronto Wobbler, à la Syclops, à la Dardevle et à une foule d’autres. Celle qui m’a permis de faire d’innombrables captures est la Williams Wabler W50 bleue électrique. Je peux catapulter ce modèle centenaire avec son trépied pour leurrer des carnassiers, ou installer un bas de ligne avec un vers pour tenter presque tous les ombles et les truites.

Tournoyante

Les champions toutes catégories pour les vibrations engendrées en fonction de leur taille sont les cuillères tournantes. Les petits modèles donnent l’illusion aux poissons qu’il s’agit d’une bestiole affriolante qui passe dans les environs. De nombreux modèles, comme la Aglia, la Thunder Bug, la Voblex, la Vibrax, etc., ont permis aux trois dernières générations de manieurs de canne de capturer de beaux trophées. J’aime bien la AC Hybrid no.1 or et orange, car je peux aisément décrocher le trépied et le remplacer par une mouche ou un bas de ligne. Sa palette tourne sur un axe de 60 degrés, loin de son pivot central, ce qui lui permet de demeurer assez haut dans la colonne d’eau. J’ai littéralement intercepté toutes les familles de poissons avec ce genre de produit.

Devon

Toutes les imitations réussies de petits menés fonctionnent très bien pour déjouer la vigilance des batailleurs qui nagent dans nos eaux. Les Rapalas, les Yu-Zuri, les Cotton Cordell, les Rebel, etc. fabriquent depuis belle lurette des répliques productives. La firme canadienne LiveTarget s’est mérité de nombreux prix internationaux pour le réalisme de ses offrandes. Parmi les trois reproductions de la gamme Trout imitant une arc-en-ciel, une brune et une mouchetée, c’est cette dernière que j’apprécie le plus. D’une taille de 5 cm (2 pouces), elle ressemble à s’y méprendre à un rejeton de l’année, sans aucune défense et facile à saisir au passage. Optez pour un fil de petit calibre avec un nouage ouvert pour qu’il puisse nager avec aisance.

Harnais

Il existe plusieurs façons d’utiliser un ver de terre pour charmer les diverses espèces présentes dans un lac, une rivière ou un affluent. Celle que je préfère consiste à l’accrocher sur un harnais à vers. Ce long montage, qui fait penser à une Bob-It, ajoute des vibrations et des reflets à l’esche utilisée. On insère les deux hameçons dans le corps du lombric et on l’exploite à la traîne, à la dérive et même au lancer. La cuillère tourne alors sur elle-même et agace les poissons. Vous pouvez lester le tout avec un marcheur de fond, avec un émerillon triple et un plomb, ou simplement avec un lest.

Souvenez-vous que...

Vous devez avoir à bord de votre embarcation des gilets de sauvetage ou des VFI pour chaque passager. Chaque dispositif doit être en bon état, approuvé par Transports Canada et de la taille de la personne qui le portera. Bien que de revêtir son VFI en tout temps ne soit pas une obligation légale, c’est une mesure responsable et prudente. Pensez-y ! Comment comptez-vous enfiler votre VFI une fois tombé à l’eau si vous êtes saisi par le froid ou en état de choc ? Dans le cadre de la semaine nationale de prévention de la noyade, qui se déroulera jusqu’au 27 juillet, rappelez-vous que 8 fois sur 10, les victimes de noyade de sports nautiques ne portaient pas ou ne portaient pas correctement leur dispositif de flottaison. Bonnes vacances à tous, en toute sécurité...