/weekend
Navigation

The Lion King: la trame sonore meilleure que le film!

Coup d'oeil sur cet article

Incroyable, mais vrai : Disney semble mordre la poussière avec sa version 2019 de The Lion King, récoltant un score misérable de 56 sur Metacritic.

Artistes variés

★★★½

Photo courtoisie

The Lion King

À ce jour, les critiques ne sont pas tendres envers la récente mouture de l’œuvre qui, étrangement, emprunte la voie contraire de ses musiques. Alors que la refonte du classique vise un hyper réalisme déstabilisant (on compare notamment la saga à un documentaire animalier de la BBC), la nouvelle trame sonore, elle, prend des libertés – souvent subtiles, mais tout de même appréciées – avec le matériel original.

DES RISQUES, MAIS PAS TROP...

Si, par exemple, Circle Of Life s’avère inchangée (l’actrice et chanteuse Brown Lindiwe Mkhize – qui a également participé à des productions de la comédie musicale tirée du film culte – s’appuie beaucoup sur l’interprétation de Carmen Twillie, la chanteuse originale), Be Prepared, elle, est livrée d’une façon plus sobre.

En effet, l’acteur Chiwetel Ejiofor y va d’un jeu plus raffiné pour le sinistre Scar que celui de Jeremy Irons qui, en 1994, avait énormément de plaisir à incarner le vilain de service.

Bref, même pour celles et ceux qui ne jurent que par la première trame sonore, l’écoute en vaut la peine.

Sans être révolutionnaire, The Lion King (2019) demeure saisissante et coexiste en harmonie avec l’œuvre séminale.

Hakuna Matata, donc !

Ed Sheeran

Photo courtoisie

★★½

No.6 Collaborations Project

L’auteur-compositeur-interprète aime vraiment, beaucoup le rap (et les consommateurs du genre musical, on ne va pas se le cacher). Il capote là dessus, il insiste pour que tout le monde le sache et le souligne à gros traits avec cette compilation de collaborations subtiles comme une chanson d’Ed Sheeran (lire ici : pas du tout). Tant mieux si Sheeran adore le style musical et s’il veut s’acoquiner à son industrie, mais No.6 Collaborations Project tient davantage du malaise pop opportuniste. Dommage.

Sum 41

Photo courtoisie

★★★½

Order in Decline

Voici deux choses que je ne prévoyais pas écrire cette semaine. Un, j’ai écouté un album de Sum 41 (le combo est toujours actif, certes, mais disons qu’il n’est plus aussi mis de l’avant dans la culture populaire). Et deux, j’ai apprécié un LP de Sum 41. Bien que les inclinaisons pour les mélodies lourdes du groupe sont connues depuis un bail (leur alter ego hair metal Pain For Pleasure en témoigne), Order in Decline est sûrement l’œuvre la plus mercurielle du quintette. Malgré une réalisation cruellement trop affinée, Order in Decline permet (presque) d’oublier l’aura d’éternels ados qui colle aux membres du projet.

Obey The Brave

Photo courtoisie

★★★★

Balance

Deux ans après avoir surpris ses fans avec Mad Season, un album plus « expérimental » (en gros : une production plus relevée au niveau du chant ainsi qu’une collaboration avec le trio rap Loud Lary Ajust), le combo local metalcore « revient aux sources » sans nécessairement bouder son œuvre précédente sur cet excellent LP. La réalisation est toujours léchée (mais plus subtile) et le flirt hip-hop laisse sa place à une sélection de chansons – majoritairement hymniques – plus serrée. La trame sonore idéale pour s’inspirer avant de se lancer dans un défi à relever... ou pour pogner les nerfs à cause de ce fameux défi. C’est selon !

Coup de coeur

ADA LEA

Photo courtoisie

★★★

What We Say In Private

Artiste multidisciplinaire locale, Ada Lea épate sur ce premier album rock indé lancé sur la prestigieuse étiquette américaine Saddle Creek (Bright Eyes, Rilo Kiley et j’en passe). Si ses thématiques ne sont pas siiiii renversantes – l’amour, avec tout ce qui est beau et laid de ce sujet, bref –, c’est avec son traitement musical que What We Say In Private accroche les mélomanes. Bien que la direction artistique soit un brin brouillonne (la transition entre For Real Now Pretend et la ballade intimiste Just One Please a l’effet d’un coup du lapin), elle demeure originale et claire. À surveiller de près.