/news/currentevents
Navigation

Gare aux wifi gratuits

Coup d'oeil sur cet article

Utiliser les réseaux wifi offerts gratuitement peut être tentant en voyage, mais il n’en demeure pas moins que cette pratique est à éviter, selon un expert.

Pour Steve Waterhouse, spécialiste en cybersécurité, ces réseaux peuvent mettre à risque les informations personnelles.

«Encore une fois, pour tout ce qui est gratuit, quand c’est trop beau pour être vrai, c’est qu’il y a quelque chose probablement en arrière», a-t-il affirmé, en entrevue à TVA Nouvelles.

Ces réseaux peuvent parfois servir à récolter certaines métadonnées dans le but d’être revendues à des firmes de marketing. Si ces points d’accès sont mal sécurisés, les informations que vous y échangez peuvent également être interceptées par des personnes mal intentionnées.

Le spécialiste souligne qu’il est plus fiable d’utiliser son forfait de cellulaire que les réseaux sans-fil proposés gratuitement par certains commerces ou lieux publics.

Toutefois, si vous désirez malgré tout utiliser ces accès, Steve Waterhouse recommande de s’abonner à un service payant de réseau privé virtuel (VPN), qui permet «de crypter les informations du téléphone jusqu’au point de destination». Ces services sont généralement compatibles avec les téléphones intelligents, les tablettes et les ordinateurs.

Encore une fois, il incite les gens à se méfier des services de VPN offerts gratuitement sur le web. «Quand c’est gratuit, vous êtes exploité», a-t-il rappelé.

Un deuxième téléphone pour les douanes

À ceux qui possèdent des informations personnelles et des documents reliés au travail sur leur téléphone cellulaire, M. Waterhouse leur suggère de laisser ce téléphone à la maison pour parti en voyage à l’extérieur du pays. Selon lui, il est plus judicieux d’acheter un autre cellulaire, à moindres coûts.

«À la frontière, il n’y a plus de droits. Le douanier a le droit de vie ou de mort sur votre téléphone. Il peut l’exploiter parce qu’il suspecte que vous cachez quelque chose à l’intérieur», a-t-il insisté.

Ceux qui préfèrent quand même conserver leur téléphone outre-mer peuvent toujours en effacer le contenu, après avoir préalablement effectué une copie de sauvegarde.

Ils pourront ainsi «partir la tête tranquille», a assuré Steve Waterhouse.