/sports/golf
Navigation

Chasser ses démons

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo AFP Avec la Claret Jug en main, Shane Lowry était heureux de partager sa victoire avec sa conjointe et leur fille Iris.

Coup d'oeil sur cet article

PORTRUSH, Irlande du Nord | Il y a exactement un an, Shane Lowry était assis dans sa voiture dans le stationnement de Carnoustie, en pleurs après une première ronde de 90. En pleine tourmente, il se demandait quelle direction prenait sa carrière.

Douze mois plus tard, il est le Champion golfer of the year de l’Omnium britannique. Sa deuxième victoire de la saison. La preuve que la vie peut changer radicalement.

« À ce moment, le golf n’était vraiment pas mon ami. C’était devenu très stressant et il pesait énormément sur mes épaules. Je n’aimais plus jouer. On peut voir la différence un an plus tard », a raconté le sympathique Lowry après sa victoire, dimanche.

« Le golf est un sport très étrange. La ligne est mince entre le succès et l’échec, a ajouté celui qui a appris à chasser ses démons après sa déconfiture à Oakmont, en 2016. C’est ce qu’il faut se rappeler. Les gens autour doivent aussi te le rappeler. Il faut se battre dans les moments difficiles. Je suis maintenant un champion de tournoi du Grand Chelem. Honnêtement, je ne peux pas croire que je dis cela. »

L’Irlandais participait ce week-end à un huitième Open en carrière. Il avait raté le couperet lors des quatre derniers. S’il pouvait renverser la vapeur, c’était bien en Irlande, et de surcroît, à Portrush. En 2008, il avait gagné le Championnat amateur d’Irlande du Nord sur le club royal.

Devant ses partisans, Lowry s’est fait un point d’honneur de livrer une éclatante performance. Il en avait réalisé une il y a 10 ans en remportant l’Omnium d’Irlande au club de golf Co Louth de Baltray, à l’âge de 21 ans, en tant qu’amateur. Un véritable tour de force.

GOLF-OPEN-BRITAIN
AFP

Moment de gloire

Mercredi soir dernier, alors qu’il était attablé autour d’un café à la vieille auberge Buschmills située à quelques kilomètres du parcours, il croyait en ses chances sans trop ajouter de pression. Il voulait disputer quatre bonnes rondes, livrer un bon spectacle, pour lui et les amateurs irlandais.

Ayant en mémoire ses réussites du passé, il savait qu’il pouvait accomplir ce qu’il croyait irréalisable jusqu’au dernier moment. Samedi soir, il disait qu’il serait possible d’en apprendre davantage à son sujet, selon ses réactions et ce qu’il accomplirait en ronde finale. Dimanche, il n’était pas déçu, loin de là. Aux côtés de la scintillante et délicate Claret Jug, il souriait à pleines dents.

« Je n’ai jamais si bien joué dans un Open. J’adore cet endroit. Je suis à la maison ici et je retourne chez moi avec ce trophée. »

Quand il a calé son tout dernier roulé au 72e trou, il a empoigné son cadet Brian « Bo » Martin en lui donnant deux bonnes taloches dans le dos et s’est tourné vers sa femme, lui tendant sa fille, Iris. C’était son moment de gloire en famille. Celui qu’il attendait depuis qu’il exerçait ses coups roulés dans sa jeunesse, à Esker Hills, près de Tullamore.

« Les avoir à mes côtés signifie tout pour moi. Nous avons gagné à Abu Dhabi en janvier et nous avons une autre victoire. Je savais que peu importe ce qui arriverait, elles étaient là. Et si ça n’allait pas dans la bonne direction, ma fille serait là pour me consoler.

Je peux maintenant jouer toutes les prochaines éditions. Je serai là encore dans 27 ans, a-t-il enchaîné à la blague. Elle sera âgée de près de 30 ans à mon dernier Open. Ce sera super. Sans farce, ces photos familiales avec la Claret Jug sont des souvenirs impérissables. »

Comme Padraig Harrington

Lowry a grandi en regardant les victoires de Padraig Harrington des omniums 2007 et 2008, à Carnoustie et Birkdale. Au fil de ses exploits amateurs et professionnels, le vétéran golfeur irlandais est devenu un ami.

En apercevant souvent la Claret Jug dans la maison des Harrington, le gaillard a une bonne idée de l’emplacement qu’il lui a trouvée chez lui.

« Dès qu’on entre chez Paddy, le trophée est sur la table de la cuisine. Je vais maintenant avoir le mien sur ma table. Ce sera merveilleux », a-t-il relaté en riant.

Fort de plusieurs bons résultats cette saison, dont une deuxième place à l’Omnium canadien et un top 10 au Championnat de la PGA, Lowry voit la fin du calendrier avec optimisme.