/news/society
Navigation

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

L’ASSOMPTION | Habillés en chevaliers, en gnomes ou encore en Vikings, quelques centaines de passionnés de l'univers médiéval s'étaient donné rendez-vous au beau milieu des champs de L'Assomption en fin de semaine pour participer aux Médiévales de Lanaudière. 

Lors de ce «grandeur nature», l’un des plus importants au Québec, les festivaliers ne se contentent pas d'être costumés: ils incarnent littéralement un personnage pendant deux jours. 

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

«Ça me permet de décrocher de mon quotidien. Moi, j'aime l'humour grivois, donc être un orque, ça va bien avec ma personnalité», a glissé Jonathan Lacasse-Verret, qui travaille pour Hydro-Québec lorsqu'il n'est pas une créature fantastique. 

Toute la fin de semaine, il a vécu sans électricité avec une bande d'orques dans un camp rudimentaire, où toute trace de modernité devait être cachée afin de préserver le décorum. 

Des chevaliers professionnels 

À deux pas de là, les curieux s’étaient rassemblés autour d'une immense arène, où se sont enchaînés les tirs de canons, les compétitions équestres et les combats d'épée.

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

 Certains se battent avec de vraies armes et doivent donc longuement se préparer. 

«Avoir une armure, c'est l'équivalent de peser son corps. Il y a certaines règles à respecter. C'est un gros défi de ne pas avoir de coups de chaleur», a expliqué Philippe Mongrain, qui voyage partout à travers le monde pour des compétitions de combats médiévaux.

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Comme lui, ils sont plusieurs à gagner leur vie en exploitant l'univers médiéval. 

Les éleveurs de faucons, les cuisiniers de sangliers et les armuriers étaient très présents pour cette cinquième année des Médiévales de Lanaudière.

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

«À l'époque du Seigneur des anneaux, les gens achetaient des chemises en lin et ça leur allait. Aujourd’hui, les goûts des clients sont beaucoup plus raffinés: ils cherchent de la qualité pour faire des grandeurs nature. C’est pour ça qu’il y a beaucoup de boutiques qui ont fermé, mais qu’il y a de plus en plus d’artisans», a observé Charles Brousseau, propriétaire depuis 18 ans de Dracolite, une boutique à Montréal qui conçoit des vêtements d’époque sur place. 

L’homme d’affaires remarque aussi que le succès de la série «Game of Thrones» a amené de nouvelles personnes vers la communauté médiévale. 

Deux genres d’événements 

Évidemment, tout l’univers autour des grandeurs nature est beaucoup plus inspiré du Moyen-Âge au cinéma et à la télévision que dans les livres d’histoire.

Médiévales de Lanaudière: le médiéval fascine toujours autant
Photo AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

 C’est pour cela que certains puristes préfèrent participer à des «reproductions historiques», qui se tenaient en parallèle lors du festival. 

«Nous, nous sommes des personnages qui ont vraiment existé. On va souvent dans les écoles pour parler du Moyen-Âge. On s’est donné pour mission de réhabiliter cette époque malmenée parce que c’en était une d’entraide, une valeur qui se perd aujourd’hui», a évoqué le président de l’Association médiévale de Québec Jean-Sébastien Drapeau. 

Au Québec, les reproductions historiques et les grandeurs nature auraient ensemble des milliers d'adeptes.