/news/society
Navigation

De l'argent aux immigrants qui vont s'établir en région?

Coup d'oeil sur cet article

 Dans le but de favoriser l'apprentissage du français chez les immigrants, une organisation indépendantiste québécoise suggère de persuader ceux qui viennent s'établir au Québec de vivre en dehors des grands centres urbains, notamment à l'aide d'incitatifs financiers. 

 Le Mouvement Québec indépendant (MQI) ne précise toutefois pas les montants qui seraient accordés aux immigrants qui acceptent d'aller vivre en région. 

 «Puisque la langue française est minoritaire à Montréal, les contacts avec la population francophone sont moins fréquents et performants. Des études ont montré l’effet bénéfique de vivre hors région métropolitaine. [...] Cela favorise de meilleurs contacts avec les natifs», peut-on lire dans un mémoire du Mouvement Québec indépendant, dont TVA Nouvelles a obtenu copie. 

 «Il faut des incitatifs financiers, mais aussi des incitatifs organisationnels notamment pour les questions de logement. Et bien sûr, il faut des emplois, ce qui passe notamment par la reconnaissance des diplômes et compétences professionnelles», a illustré l’ex-chef du Bloc québécois et fondatrice du mouvement, Martine Ouellet. 

 Convaincre les francophones hors Québec de revenir 

 Martine Ouellet propose également de convaincre les francophones ayant quitté le Québec de revenir s'établir dans la Belle province. 

 «Prenons l'exemple des Québécois qui se sont expatriés dans la Silicon Valley. Il y a des gens très forts en informatique et dans les multimédias. Pourquoi ne pas faire du démarchage pour leur offrir des emplois au Québec?», a-t-elle questionné. 

 Le Mouvement Québec indépendant a fait parvenir son mémoire à l'Assemblée nationale en prévision de consultations sur l'immigration prévues pour le 12 août prochain.