/news/transports
Navigation

Des bannières contre le projet d’aéroport de Saint-Roch-de-l’Achigan

Des bannières contre le projet d’aéroport de Saint-Roch-de-l’Achigan
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-ROCH-DE-L’ACHIGAN | Des citoyens de Saint-Roch-de-l’Achigan opposés au projet d’implanter un aéroport dans leur municipalité ont déployé cinq immenses bannières aux abords de l’autoroute 25 pour réclamer l’intervention du premier ministre Justin Trudeau.

Hautes de près de 3 mètres et larges de plus de 8 mètres, les pancartes appellent M. Trudeau à « respecter la démocratie » et à « se tenir debout » pour rejeter le projet d’aérodrome.

Des bannières contre le projet d’aéroport de Saint-Roch-de-l’Achigan
Photo courtoisie

Lancé par l’organisme à but non lucratif Aérodrome Saint-Roch-de-l’Achigan (anciennement la Corporation de l’aéroport de Mascouche), le projet vise à transformer un terrain agricole grand comme 11 terrains de football en aéroport. Le promoteur du projet, Yvan Jalbert, souhaite voir ses futures installations abriter entre 150 et 175 appareils. Trois écoles de pilotage et 75 hangars sont aussi espérés.

Des bannières contre le projet d’aéroport de Saint-Roch-de-l’Achigan
Photo courtoisie

Ce projet d’aérodrome vise à remplacer celui qui devait être développé du côté de Mascouche, une autre municipalité de la région de Lanaudière située à une quinzaine de kilomètres de Saint-Roch-de-l’Achigan. Ce plan a toutefois été abandonné pour de bon ce printemps, en raison de l’opposition de la Ville et de citoyens.

Des bannières contre le projet d’aéroport de Saint-Roch-de-l’Achigan
Photo courtoisie

À Saint-Roch-de-l’Achigan, l’arrivée de nouvelles installations aéroportuaires soulève toutefois une levée de boucliers. Un référendum consultatif doit y être organisé le 11 août prochain. Les opposants, regroupés dans le groupe Coalition SRA, craignent les impacts de l’aéroport, entre autres en matière de nuisance sonore et de diminution de la valeur des résidences.

La Coalition demande à Justin Trudeau de respecter les résultats du référendum qui se tiendra dans trois semaines, si jamais les citoyens se prononcent contre le projet d’aéroport.