/news/green
Navigation

La guerre aux algues se poursuit à Granby

Coup d'oeil sur cet article

Depuis trois ans, la Ville de Granby a déclaré la guerre aux algues qui envahissent le lac Boivin, un plan d’eau qui est le symbole emblématique de la municipalité.

La Ville a fait l’achat en 2016 d’une faucardeuse au coût de 165 000$.

De la fin juin à la fin octobre, du lundi au jeudi, des employés des travaux publics sillonnent le lac Boivin pour y couper et retirer les algues et plantes envahissantes comme le myriophylle à épis.

Les opérations de faucardage ne sont permises que dans un secteur bien précis et couvrent environ 20% de la superficie du plan d’eau qui totalise 1,4 kilomètre carré.

Munie d’un système de lames et d’un convoyeur, la faucardeuse coupe les algues pour les retirer de l’eau.

L’été, les plantes aquatiques sont coupées à une profondeur de 50 centimètres de la surface.

L’automne, on se rend jusqu’à 30 centimètres du fonds.

On ne pourra jamais éliminer complètement les algues et ce n’est d’ailleurs pas l’objectif.

La faune aquatique est nécessaire pour la survie des poissons.

Les utilisateurs du lac ont remarqué une énorme différence depuis quelques années.

De 26 tonnes la première année, la quantité d’algues récupérées est passée à 34 en 2017 et 102 tonnes l’an dernier, soit presque quatre fois plus.

La quantité d’algues retirées chaque jour du lac Boivin correspond au chargement complet d’un camion-benne. Les matières organiques sont enfouies; elles ne sont pas compostables en raison de la forte concentration de phosphore qu’elles contiennent.