/opinion/columnists
Navigation

Tragédies estivales

Coup d'oeil sur cet article

Chaque été, c’est un peu inévitable. C’est quasiment une statistique, en fait.

La courte durée de la saison incite les Québécois à se précipiter dans les piscines et vers les lacs aux premiers signes de chaleur. Nécessairement, le nombre d’accidents augmente.

Et le cycle des nouvelles ralentissant, évidemment les médias en parlent beaucoup.

Vertige

On a l’impression que ce n’est que ça, cet été, en fait.

Des histoires de noyade, parfois heureusement évitées de justesse. Alors que commence la 26e Semaine nationale de prévention de la noyade, on estime que 36 personnes sont mortes jusqu’ici, comparativement à 33 à pareille date l’an dernier.

Ces histoires nous touchent, car elles surviennent lors de baignades, une activité pourtant simple, que tout le monde peut pratiquer. Les victimes sont souvent des personnes vulnérables, comme des enfants. Il faut les surveiller! Dans le cas de noyades survenues dans le cadre de sports nautiques, on constate que l’absence du port de gilet de sauvetage est souvent en cause.

Quand on parle d’accidents aériens, ça nous donne le vertige. Chaque été, une trentaine d’accidents impliquant des aéronefs surviennent au Québec. On n’a pas encore de chiffres définitifs, mais le bilan de cette année s’annonce lourd.

Surtout, on attend encore avec anxiété des nouvelles du PDG de Savoura, Stéphane Roy, et de son fils Justin, disparus quelque part dans les Laurentides, qu’ils survolaient en hélicoptère. Tout le monde qui connaît quelqu’un d’assez passionné et déterminé pour posséder son propre aéronef et avoir appris à le piloter, devine qu’il s’agit de personnes que leur entourage a toutes les raisons de vouloir retrouver.

Prudence!

À la fin, on l’a dit, la saison est courte. Continuons de nous élancer dans les airs et de courir vers les plans d’eau, mais attention de ne pas glisser autour de la piscine! Ces activités méritent d’être pratiquées avec toute la prudence requise, justement pour pouvoir les retrouver à l’été 2020.