/opinion/columnists
Navigation

À la vie, à la mort...

Coup d'oeil sur cet article

Mourir d’aimer, mourir ensemble, mourir pour toi. Ce sont des phrases de chansons anciennes, mais elles ont encore un sens.

Marilyn Frances Delaigle, 88 ans, serait morte du syndrome du cœur brisé. Marilyn et Herbert Delaigle, 94 ans, étaient tombés amoureux il y a 71 ans, en Georgie, et ils sont morts la semaine dernière à 12 heures d’intervalle. Lui, à 2 h 20 du matin, elle, à 14 h 20 de l’après-midi. Ils s’étaient rencontrés dans un petit café. Il l’a invitée au cinéma et ils sont devenus amoureux fous. Elle avait 16 ans, lui 22, et la soudure n’a jamais cédé.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, elle a même choisi d’aller s’installer en Allemagne pour être plus près de son amoureux en mission. Ils étaient inséparables.

Le syndrome du cœur brisé existe vraiment, selon le psychiatre Matthew Lorber de New York. Il apparaît soudainement lorsqu’une personne apprend une nouvelle choquante, terrible. Son corps libère alors des hormones du stress qui bombardent le cœur.

ENSEMBLE

Il y a quelques années, on avait demandé à Herbert quel était le secret de leur long amour. Il avait fourni une réponse toute simple : « Montre ton amour ».

Marilyn est partie 12 heures après son homme. Il est évident qu’elle voulait aller le rejoindre. Les enfants du couple s’entendent tous pour affirmer que Marilyn et Herbert ont décidé d’aller au paradis ensemble, aussi unis qu’ils l’étaient dans la vie. Quelle belle histoire ! On part quand, Chérie ?

DOUBIDOU

  • Un homme qui n’attrape la grippe que l’été. C’est très toussant.
  • J’ai fait installer un clignotant au milieu de ma voiture pour indiquer que je vais tout droit.
  • « J’en ai plein mon casque... » (un astronaute qui a eu mal au cœur)
  • Les touristes américains adorent nos bédaines-breakfasts.
  • « On n’aurait pas dû défaire tout de suite les entrées et sorties de l’ancien pont Champlain » (un gars encore pogné dessus).

À DEMAIN

Mais j’aimerais quand même partir deuxième...