/finance/business
Navigation

Air Canada a cherché à payer moins pour Transat

Air Transat
Photo d'archives, JOËL LEMAY

Coup d'oeil sur cet article

Air Canada a révisé à la baisse, au printemps, le prix qu’elle était prête à payer pour mettre la main sur Transat, invoquant notamment les mauvais résultats financiers du voyagiste.  

Un document déposé aujourd'hui auprès des autorités réglementaires révèle qu’au début octobre, le PDG d’Air Canada, Calin Rovinescu, avait pris contact avec son homologue de Transat, Jean-Marc Eustache, pour lui faire savoir qu'il souhaitait acquérir l’entreprise montréalaise.   

Dans sa première offre, présentée en décembre, Air Canada se disait prête à payer 13$ par action de Transat, soit 520 millions de dollars au total, indique le document.   

Dans une deuxième offre, déposée en avril, Air Canada ramenait son prix à 11,50$ par action, soit environ 460 millions de dollars.   

Pour justifier la baisse du prix, Air Canada mentionnait un assouplissement des conditions de clôture, la publication de «résultats financiers décevants» par Transat, la diminution de son niveau de liquidités, le recul du cours de son action et des coûts d’intégration anticipés plus élevés que prévu.   

 Mach offre moins de 11$  

Entre-temps, en février et en mars, le Groupe Mach de Vincent Chiara avait proposé d’acquérir Transat à des prix allant de 8,50$ à 10,50$ par action.   

De plus, en février, le chef de la direction d’un «groupe ayant des opérations internationales», dont le nom n’est pas révélé, avait contacté M. Eustache afin de discuter d’une «opération stratégique potentielle». Le projet n’est pas allé plus loin.   

Le 9 mai, Air Canada a ramené le prix de son offre à 12,50$, puis à 13$ le 12 mai. Air Canada a maintenu son prix, malgré la découverte impromptue d’un passif de 20 M$ lié à une filiale de Transat, Trafic Tours.   

Rappelons que Mach, en juin, avait évoqué une offre à 14$ par action pour Transat. Mais selon cette dernière, «Mach n’a joint aucune offre de financement, ni aucun engagement au soutien de sa proposition, ni quelque preuve de ses niveaux de liquidités ou de ses fonds de caisse afin de démontrer sa capacité financière de procéder à son opération envisagée».   

Pour l’instant, aucun des grands actionnaires de Transat, dont Letko Brosseau, le Fonds de solidarité FTQ et la Caisse de dépôt et placement, n’appuie l’offre d’Air Canada.   

Pour aller de l’avant, la transaction proposée devra être approuvée par les deux tiers des actionnaires de Transat lors d’une assemblée qui se tiendra le 23 août à Montréal.