/news/currentevents
Navigation

La famille de Stéphane Roy se sent abandonnée

Coup d'oeil sur cet article

Le frère du PDG de Savoura disparu depuis 13 jours avec son fils de 14 ans n’est «pas du tout» satisfait du travail de recherche effectué depuis samedi par la Sûreté du Québec. 

Daniel Roy est catégorique: la famille «se sent abandonnée» depuis le week-end dernier, soit depuis que l’Aviation royale canadienne a décidé d’arrêter ses recherches et que la Sûreté du Québec a pris le relais. 

M. Roy est notamment insatisfait des communications entre la SQ et la famille, qui coordonne des recherches supplémentaires sur le terrain. Ce sont d’ailleurs les journalistes qui ont appris à M. Roy que la SQ avait envoyé son hélicoptère survoler le secteur nord du parc de Mont-Tremblant à la suite d’informations du public. 

«J’ai donné nos fréquences radio à la SQ, mais je n’ai toujours pas eu les plans de vol de la Sûreté du Québec de ce matin. Cette information, on l’avait tous les jours avec l’armée», a-t-il déploré. 

Le PDG de Savoura Stéphane Roy et son adolescent s’étaient envolés de leur chalet en hélicoptère en direction de Sainte-Sophie, survolant le Lac-De la Bidière, mais ils ne sont pas rentrés à bon port comme prévu le 10 juillet. 

«On a besoin de soutien» 

S’il reconnaît que l’Aviation royale canadienne a fait ce qu’elle pouvait, M. Roy soutient que la famille a besoin de plus d’aide sur le terrain. Mardi, il a interpellé la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, et le gouvernement fédéral afin qu’ils envoient des renforts. 

«On parle encore d’un enfant, d’un mineur qui est en grave danger et il faut agir, a-t-il imploré. J’interpelle la ministre de la Sécurité publique: elle est capable de faire un appel et de demander de l’aide aux Forces armées. En voyant l’efficacité que l’armée a eue au niveau aérien, s’ils mettent les mêmes efforts au niveau terrestre, on va les retrouver rapidement.» 

Pour l’instant, M. Roy a toujours l’impression que la Sûreté du Québec n’a pas les effectifs nécessaires pour ratisser le territoire et que c’est la famille qui doit donc mener les recherches. 

«On s’accroche au caractère de Stéphane et de Justin. On s’accroche à la température. Ces gens-là sont capables de survivre longtemps en forêt parce qu’on n’est pas dans une période froide et hivernale», a espéré le frère et oncle des disparus. 

M. Roy demande toujours aux campeurs et vacanciers qui se trouvent dans le parc national du Mont-Tremblant d’ouvrir l’œil. Deux bidons d’essence ainsi qu’une glacière se trouvaient à bord de l’hélicoptère et pourraient contribuer à faire avancer les recherches s’ils étaient repérés.  

  •  Quoi faire lorsqu'on se retrouve perdu en forêt? Écoutez l'entrevue de Mathieu Hébert, cofondateur des Primitifs, à QUB Radio: