/news/society
Navigation

Pénurie de moniteurs dans les écoles de conduite: une qualité d’enseignement compromise

Hamid Rekouane
PHOTO Chantal Poirier Hamid Rekouane. Moniteur

Coup d'oeil sur cet article

Un moniteur de conduite d’expérience craint que la pénurie de main-d’œuvre qui frappe l’industrie affecte la qualité des conducteurs de demain.

«C’est certain que si on recrute parce qu’on doit absolument recruter, la qualité de l’enseignement va prendre le bord», a indiqué au Journal Hamid Rekouane, moniteur depuis 25 ans et directeur des écoles de conduite CAA-Québec.

«Si votre moniteur dort au volant et ne fait pas ce qu’il est censé faire, il y a un risque que ça se complique après [pour l’élève]», a ajouté celui qui reconnaît l’existence d’une «grosse pénurie» de moniteurs au Québec.

Sa bannière s’assure malgré tout de respecter certains standards dans le choix de ses aspirants moniteurs. Mais «il faut filtrer, et avec le peu de candidats qui existent, il ne reste presque rien après le tri.»

Délais déraisonnables

En raison de cette pénurie, certaines écoles sont incapables d’offrir la formation dans un délai raisonnable, a remarqué M. Rekouane. Selon lui, cette situation a également le potentiel d’influencer la capacité de l’élève à bien intégrer les notions enseignées.

«Si vous suivez un cours pratique aujourd’hui, mais qu’il vous faut attendre 18 mois avant le prochain, on convient que ce que vous avez appris la dernière fois, il y a de fortes chances que vous l’ayez oublié», a-t-il expliqué.

S’il n’y a pas encore de liste d’attente pour suivre un cours de conduite chez CAA-Québec, «ça risque d’arriver sous peu», a-t-il concédé.

3000 Euros pour un cours

Parmi les facteurs qui expliquent ce manque d’enseignants, M. Rekouane a identifié les salaires, qui dans certaines écoles sont «dérisoires», se désole-t-il.

«Les gens préfèrent aller travailler où c’est moins exigeant. Être moniteur, ça devient plus une passion qu’un métier.»

Au Québec, le maximum qu’un élève peut payer pour un cours de conduite est 825 $, ce qui «étouffe» certaines écoles, juge celui qui a longtemps enseigné en Europe. Or, en Belgique, par exemple, ce montant peut atteindre 3000 Euros, soit environ 4500 $ canadiens.

«À ce moment-là, le moniteur peut aller se chercher un salaire de 25 à 30 Euros (37 $ à 44 $) l’heure. Ça devient intéressant.»