/news/currentevents
Navigation

Bureau de la concurrence: deux ex-cadres de firmes d’ingénierie plaident coupables

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Deux ex-cadres de firmes d’ingénierie ont enregistré un plaidoyer de culpabilité, jeudi, devant la Cour supérieure du Québec, relativement à leur participation à un stratagème de truquage de plusieurs offres pour des contrats d’infrastructure ayant permis de soutirer illégalement environ 1,8 million $ à la Ville de Gatineau sur une période de cinq ans.

Selon le Bureau de la concurrence du Canada, André Mathieu, un ancien vice-président et associé de Cima+ a reconnu son rôle de «premier plan» dans ce stratagème touchant à une vingtaine de contrats d’infrastructure à la Ville de Gatineau, de 2004 à 2008. Il a été condamné à une peine de 22 mois, c’est-à-dire sept mois de détention à domicile et 15 mois de couvre-feu. Il devra de plus effectuer 140 heures de travaux communautaires, a-t-on précisé, par communiqué.

Pour sa part, Claude Marquis, ex-directeur régional de l’Outaouais pour Genivar (rebaptisée depuis WSP Canada), a admis s’être joint au stratagème en 2005. Il doit connaître sa peine à une date ultérieure.

Les accusations criminelles contre les deux hommes avaient été déposées en juin 2018 à la suite d’une enquête du Bureau de la concurrence. Deux autres personnes ont aussi été accusées dans cette affaire. En janvier 2019, Dave Boulay, ancien directeur et vice-président adjoint de l’Outaouais pour Dessau, avait plaidé coupable et reçu une peine avec sursis d’un an. En juin dernier, Michel Famery, ancien vice-président régional pour Dessau, avait plaidé coupable et reçu une peine avec sursis de 18 mois.

Selon le Bureau de la concurrence, leur stratagème a permis de faire augmenter de 33% 21 contrats d'infrastructure à la Ville de Gatineau, pour une somme d’environ 1,8 million $.