/finance
Navigation

Ces employeurs qui prennent les moyens pour attirer (et retenir) le personnel

Handshake to seal a deal after a job recruitment meeting
Photo Stock Adobe

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont prêts à acheter des barbecues, installer une table de billard, donner des primes de recrutement et à revoir leurs méthodes de fonctionnement: trois employeurs ont raconté à TVA Nouvelles comment ils font pour attirer et retenir les employés dans leurs entreprises.

Le constat de François Charron? Les employés d'un service à la clientèle comme le sien n'ont plus envie de travailler avec un chronomètre et une limite de temps lorsqu'ils parlent aux clients.

«Depuis cette semaine, on prend le temps! Nos clients peuvent parler jusqu'à une heure avec les préposés de notre service à la clientèle», a expliqué celui qui est président de votresite.ca, une entreprise qui accompagne les entrepreneurs dans leur présence sur internet.

«On change le profil de l'emploi dans le but d'attirer les gens tannés de travailler dans un centre d'appels traditionnel», a dit François Charron.

Environnement innovant

Chez Coveo, qui oeuvre dans l'intelligence artificielle, la direction s'est rapidement aperçue qu'elle devait créer un environnement de travail pour favoriser l'innovation chez ses 400 employés.

«On ne peut pas obtenir d'innovation si les gens ne prennent pas plaisir au travail», a insisté le chef de la direction, Louis Têtu.

Il suffit d'une visite des bureaux du secteur Sainte-Foy, à Québec, pour comprendre: table de billard, gym, fauteuils confortables, stations à café et collations gratuites sont mis à la disposition des employés.

«C'est ce qui fait en sorte qu'un employé va rester chez nous», croit le directeur des ressources humaines de Coveo, Claude-Antoine Tremblay. «Le stationnement gratuit, la carte d'abonnement à l'autobus, le gym et les beaux bureaux vont donner le goût à un employé de passer cinq, dix ou quinze ans avec nous.»

Dans cette boîte, les employés n'ont pas d'horaire. Ils peuvent arriver à l'heure souhaitée. «Les gens ont des familles, des activités, des passions personnelles et on veut que leur environnement de travail soit une extension naturelle du milieu de vie», a poursuivi Louis Têtu.

Autre exemple: chez votresite.ca, les employés ont droit à 10 demi-journées de congés à prendre quand ils le souhaitent.

«Si un collègue a un ami en visite et veut l'accompagner à La Ronde, il peut le faire. Ne nous appelle pas en nous faisant croire que tu as une grippe!» a illustré François Charron.

Donner de l'argent pour recruter des employés

À Saint-Georges, en Beauce, le groupe CANAM a trouvé la façon la plus efficace de recruter du personnel: verser des primes aux employés qui attirent de nouveaux talents.

«Les montants sont graduels. Au premier employé recruté, on donne 500 $. Ceux qui en recrutent davantage peuvent obtenir 750 $, puis 1000 $», a énuméré Claude Provost, vice-président senior, services partagés et développement organisationnel.

Pour le président et chef de la direction, Marc Dutil, les investissements sont nécessaires pour retenir les employés et favoriser l'engagement envers la compagnie.

«Des cadeaux aux anniversaires, des soirées reconnaissance, des beaux partys de Noël, des horaires flexibles, ce sont des investissements. L'absence de ces investissements serait risquée», a-t-il fait valoir.

Et les salaires?

«Augmenter les salaires, c'est un élément important, mais ce n'est pas la seule solution. Les gens veulent des possibilités de carrière, une supervision de qualité et s’épanouir au travail», croit Claude Provost du groupe CANAM.