/news/currentevents
Navigation

Deux policiers de Montréal accusés de s’être parjurés

Coup d'oeil sur cet article

Deux policiers de Montréal trahis par le GPS de leur autopatrouille font face à des accusations criminelles de parjure relativement à l’arrestation d’un passant ivre.  

Alain Poirier, 49 ans, et Luc Gauthier, 53 ans, sont accusés d’avoir menti en tentant de se défendre devant leur comité de déontologie, en mars 2015.  

Les faits qui leur étaient alors reprochés remontent au 26 juillet 2012. Les deux agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avaient procédé à l’arrestation de Nicolas Lavoie, un homme ivre, qui les insultait et troublait l’ordre public.  

Abandonné au parc  

Après l’avoir menotté, les agents soutenaient lui avoir remis une contravention, avant de le reconduire à l’intersection des rues Berri et Viger. Or, Nicolas Lavoie prétendait plutôt avoir été battu puis abandonné en pleine nuit au parc Jean-Drapeau, accessible à partir du milieu du pont Jacques-Cartier.  

Les jours suivants, Lavoie a porté plainte contre les deux agents. Lors de leur témoignage devant le Comité de déontologie policière en 2015, Poirier et Gauthier ont tour à tour réitéré leur version des faits, niant catégoriquement s’être débarrassés de Lavoie au parc Jean-Drapeau. Ils affirmaient toujours avoir déposé l’homme près du centre-ville de Montréal, vers 2 h, jugeant qu’il s’était calmé.  

Pourtant, 17 minutes plus tard, un citoyen a appelé le 911 pour signaler la présence de Lavoie sur une des voies du pont Jacques-Cartier. Deux policiers de la Sûreté du Québec (SQ) l’ont retrouvé déambulant au milieu de la structure.  

Le comité de déontologie avait ainsi privilégié la version de Lavoie, jugeant que celle des policiers ne permettait pas d’expliquer « d’une façon satisfaisante » la présence de l’homme à quatre kilomètres de l’endroit où ils prétendaient l’avoir laissé, à cette heure. Les agents Gauthier et Poirier avaient respectivement été suspendus 22 et 12 jours sans solde.  

Trahis par le GPS  

Or, les policiers n’étaient pas au bout de leurs peines. Une enquête interne a ensuite été menée par une équipe mixte d’enquêteurs de la SQ, quant à leur témoignage en déontologie. Et ce sont les données du GPS de leur autopatrouille, prouvant leur itinéraire dans la nuit du 26 juillet 2012, qui les auraient trahis, a appris Le Journal.  

La semaine dernière, Gauthier et Poirier ont été accusés d’avoir effectué une fausse déclaration lors de leur témoignage en mars 2015, alors qu’ils étaient sous serment. Gauthier se serait une fois de plus parjuré le 29 avril de la même année, selon l’acte de dénonciation.