/sports/hockey/canadien
Navigation

Heureux de ne plus affronter Shea Weber

Heureux de ne plus affronter Shea Weber
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Vantant le leadership de son nouveau capitaine Shea Weber, le défenseur du Canadien Ben Chiarot a hâte d’apprendre à ses côtés. Par-dessus tout, il est très heureux de ne plus avoir à l’affronter.

«Quand tu joues en désavantage numérique et que Shea Weber s’apprête à décocher un tir, il n’y a pas beaucoup de choses plus épeurantes, pour un joueur, que de rester devant son lancer, a-t-il noté aujourd'hui, lors de son passage au complexe d’entraînement de l’équipe à Brossard. Tu sais que, si ça te touche, il y a des risques que tu te retrouves sur le carreau pour un mois ou deux. Je vais être heureux de ne plus vivre ça.»

Pas le choix de prendre le 8

Chiarot a par ailleurs eu une autre pensée pour Weber au moment de choisir son nouveau numéro avec le Tricolore, soit le 8.

«Je portais le numéro 7 avant et il a été retiré ici [en l’honneur de Howie Morenz]. Je voulais avoir un numéro simple et c’est le seul que je pouvais prendre. Je ne pouvais quand même pas demander à Shea de me donner le 6. Donc, j’ai pris le numéro 8.»

Les autres numéros simples (1, 2, 3, 4, 5, 7 et 9) sont effectivement tous retirés chez le Tricolore.

 

Heureux de ne plus affronter Shea Weber
Photo Agence QMI, Joël Lemay

 

Un tir de 107,7 milles à l’heure

S’il avoue craindre le puissant tir de Weber, il est intéressant de noter que Chiarot peut lui-même atteindre une impressionnante vitesse avec son lancer.

Lors d’un concours d’habiletés en compagnie de ses coéquipiers des Jets en décembre 2015, il avait atteint 107,7 milles à l’heure.

Parmi ses nouveaux coéquipiers, Chiarot a également démontré beaucoup de respect pour Carey Price, le qualifiant de «meilleur gardien au monde».

Nouveau papa

Chiarot est un nouveau papa. Son épouse Jacqueline a donné naissance à la petite Emmerson le 23 juin dernier.

«Le fait que nos parents et amis puissent conduire pour venir à Montréal, c’est intéressant, a convenu le défenseur ontarien à propos de son choix, de jouer avec le Canadien. Et avec un nouveau bébé, c’est un boni d’être plus près de la famille.»

Rien ne garantit toutefois que le père de Chiarot, Matt, se pointera souvent au Centre Bell au cours de la prochaine saison.

«Mon père préfère regarder les matchs à la télévision, car il peut mieux voir et il a tendance à grimper sur son siège, a blagué Chiarot. Je suis certain qu’il viendra au moins à un match.»