/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Valérie et les totons

Coup d'oeil sur cet article

Mercredi après-midi, je suis entrée dans une salle obscure du boulevard Saint-Laurent et j’ai vu un film de fesses avec mon mari.

Pendant une heure et demie, on a vu une fille se montrer les totons, des gros plans sur ses totons, des plans larges sur ses totons. Bref, avec une cinquantaine d’autres amis de Danielle Ouimet, on a assisté à un visionnement privé de Valérie, le film de fesses qui fête ses 50 ans.

Ça fait des années que je connais Danielle Ouimet... et je n’avais jamais vu ses seins ! Je n’ai pas été déçue, ils sont splendides.

À QUEL SEIN SE VOUER ?

J’avoue que ça faisait drôle de voir ce film-culte, restauré par Québecor et le programme Éléphant, 50 ans après sa sortie. Eh boy ! Tout ça pour ça ?

Il fallait vraiment que le Québec soit étouffé par le puritanisme religieux pour s’exciter à la vue d’une paire de nichons. Tellement excité que Denis Héroux, le réalisateur, n’est plus capable de s’arrêter et nous montre les seins de Danielle Ouimet sous tous les angles.

On l’a vue se montrer les totons dans son bain, dans une salle d’essayage, enlever sa chemise pour se montrer les totons, enlever son t-shirt pour se montrer les totons. C’est pas compliqué, quand ça faisait plus de deux minutes qu’on n’avait pas vu les totons de Valérie (ou d’une de ses amies), on se demandait ce qui se passait.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

On aurait dit que le scénario avait été écrit par deux ados libidineux qui avaient fait la liste de toutes les occasions de voir des totons. Une fille se change, une fille se fait masser, une fille nage dans une rivière...

J’avais quasiment envie de jouer à Loto-Toton et de crier « bingo ! » chaque fois qu’une fille se montrait les seins.

Le film Valérie commence dans un couvent. Les bonnes sœurs qui roulent les R prennent une petite bouche pincée pour faire la morale à la belle Valérie, éprise de liberté.

Je me demande ce que diraient les féministes de 1969 en voyant que 50 ans plus tard, leurs consœurs défendent une religion patriarcale qui recouvre les femmes d’un drap noir.

En 1969, les Valérie brûlaient leur soutien-gorge et se dénudaient, sous l’œil réprobateur des curés et des sœurs du bon Pasteur. Les Valérie de 2019 applaudissent quand une femme refuse d’enlever son voile, sous l’œil approbateur des curés de la pensée et des bonnes sœurs du Catéchisme Gaucho-Progressiste.

LA VÉRITÉ TOUTE NUE

Danielle Ouimet m’a raconté une anecdote savoureuse. Elle a croisé un jour René Lévesque, qui s’est écrié en la voyant : « Vous, vous m’avez fait rêver ! »

Il lui a expliqué qu’un jour où il était en déplacement à travers le Québec, il s’est retrouvé coincé dans un village. Apercevant de l’autre côté de la rue un cinéma qui présentait Valérie, il a demandé que le cinéma soit ouvert et qu’on fasse une projection spéciale du film pour lui et son groupe. Ti-Poil qui regarde des filles à poil ! C’est tellement 1969 !

Imaginez aujourd’hui un politicien qui irait voir un film de fesses ! Et qui félicite une actrice sur son physique à faire rêver ! Il se ferait trucider par tout ce que le Québec compte de Sein-Tes-Nitouches !