/world/america
Navigation

Venezuela: nouvelles sanctions américaines pour détournement de l’aide alimentaire

Nicolas Maduro
Photo d'archives, AFP Nicolas Maduro

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions contre le pouvoir du président vénézuélien Nicolas Maduro pour détournement de l’aide alimentaire, visant notamment un «profiteur» colombien et trois beaux-fils du dirigeant socialiste que Washington tente de pousser vers la sortie.

La principale cible de ce sanctions financières ciblées, qui s’ajoutent à une longue liste de mesures punitives prises au fils des derniers mois, est Alex Saab, un Colombien accusé d’«orchestrer un vaste réseau de corruption qui a permis à l’ancien président Nicolas Maduro et à son régime de tirer un énorme profit des importations et de la distribution de nourriture», selon un communiqué du Trésor américain.

«Ils utilisent la nourriture comme forme de contrôle social, pour récompenser leurs soutiens politiques et punir les opposants, pendant qu’ils empochent des centaines de millions de dollars grâce à plusieurs montages frauduleux», a dénoncé le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Le programme gouvernemental d’aide alimentaire Clap est au coeur de ces montages, selon Washington.

«Ce que le Trésor a mis au jour est un réseau incroyablement sophistiqué dont le but est de voler la nourriture des Vénézuéliens les plus pauvres et engranger des bénéfices pour les membres du régime et leur famille», a encore estimé un haut responsable américain dans un échange avec la presse.

Ce responsable a balayé l’accusation de Caracas selon laquelle les sanctions américaines sont responsables de la crise économique et alimentaire à laquelle est confronté le pays.

Malgré ces sanctions, Nicolas Maduro a déclaré que les distributions alimentaires continueraient. «Le Clap ne s’arrêtera pas même avec un million de sanctions», a-t-il affirmé, estimant que la nourriture «appartient aux Vénézuéliens».

Le programme comptait 16,3 millions de bénéficiaires en 2018, d’après une étude menée par les principales universités vénézuéliennes.

Juan Gaido, chef de l’opposition et auto-proclamé président par intérim, a pour sa part dénoncé les actions des personnes sanctionnées, affirmant que celles-ci «s’enrichissaient en profitant de la souffrance» du peuple vénézuélien.

Outre Alex Saab, les sanctions annoncées jeudi, qui barrent l’accès au système financier américain pour les personnes concernées, visent neuf autres individus.

Parmi eux, trois beaux-fils de Nicolas Maduro, fils de son épouse Celia Flores: Walter Flores, Yosser Flores et Yoswal Flores, accusés d’avoir reçu «des pots-de-vin et des dessous-de-table» de la part d’Alex Saab en échange d’un accès à des contrats gouvernementaux «surévalués» notamment dans le cadre du programme Clap.

L’administration de Donald Trump n’a cessé de durcir ses mesures punitives contre le Venezuela, encore plus depuis qu’elle a reconnu en janvier l’opposant Juan Guaido comme président par intérim du pays en crise. Elle a notamment imposé un embargo pétrolier et visé les plus hautes personnalités du régime, sans parvenir toutefois jusqu’ici à obtenir le départ de Nicolas Maduro.

Elle envisage d’accroître encore la pression, et de prendre prochainement des sanctions contre la Russie pour son soutien au camp Maduro.