/travel/destinations
Navigation

Chicago, la magnifique

Chicago, la magnifique
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

CHICAGO | Troisième plus grande ville des États-Unis, Chicago s’avère surprenante. Surnommée la ville des vents, tout y est savamment bâti pour rendre hommage à son histoire tout en se montrant d’avant-garde. Son centre-ville, The Loop, propose de multiples facettes. Il est facile d’accès et on a beaucoup à y apprendre.

Ville d’architecture

Chicago vue de nuit.
Photo Emmanuelle Plante
Chicago vue de nuit.

Chicago est un exemple au point de vue architectural. Dans le verre des édifices à bureaux ou hôtels ­d’aujourd’hui se mirent des ­bâtisses art déco, dont le ­Chicago Board of Trade Building ou le Merchandise Mart. La Willis Tower avec ses 109 étages donne ­l’impression de voler quand on atteint son sommet, avis aux amateurs de sensations fortes. Pour le kitsch, les tours jumelles de Marina City ressemblent à des épis de maïs. Le soir, le Wrigley ­Building nous offre un beau spectacle de ­lumières alors que la ­Chicago ­Water Tower, vestige le plus ancien de la ville, se dresse ­fièrement en plein centre-ville. Il existe ­plusieurs tours de ville, en bateau ­notamment, qui retracent l’histoire du quartier et les grands courants architecturaux.

Ville de culture

La fameuse œuvre de Miro.
Photo Emmanuelle Plante
La fameuse œuvre de Miro.

Chicago est un des berceaux du blues. Moyennant 15 ou 20 $, il est facile ­d’assister à un ­spectacle de qualité dans un de ses nombreux bars de blues. Le vieux Chicago a vu naître la ­Second City, une institution, à la fois école et cabaret, qui a formé de nombreux humoristes depuis sa création dans les années 50. John Candy, Dan Aykroyd, Mike Myers,­ ­Stephen Colbert, Tina Fey et Amy Pohler y ont fait leurs classes. ­Plusieurs festivals se tiennent à Chicago, dont Lollapalooza et le Festival de jazz. Ils convergent souvent vers les parcs Grant et Millennium, où se dresse ­l’impressionnant Pavillon Jay Prinzker.

Ville d’art

Murale hommage à Muddy Waters, légende du Chicago blues.
Photo Emmanuelle Plante
Murale hommage à Muddy Waters, légende du Chicago blues.

Il n’est pas rare de tomber sur une œuvre d’art en marchant au hasard des rues. La fameuse Bean (Cloud Gate) d’Anish Kapoor est un incontournable au Millennium Park. Elle est ­devenue l’emblème de la ville. On y multiplie les photos, tant tous ses angles offrent de ­nouvelles perspectives. ­Murales et sculptures égayent la ville. On peut découvrir le colossal Flamingo de Calder, un singe cubiste de Picasso, ainsi qu’une femme haute de 40 pieds, signée Miro, entre deux gratte-ciels. Sur les murs, peintres et graffitistes rendent hommage à des personnalités légendaires, laissent les traces d’une immigration diversifiée, ou encore revendiquent des positions sociales et politiques. L’Art Institute of Chicago vaut aussi le détour. Tous les grands maîtres y sont représentés.

Chicago, la magnifique
Photo Emmanuelle Plante

Ville de diversité

Visiter le Loop se fait à pied. Il est desservi par un métro aérien construit en 1897 qui ajoute au cachet de la ville. D’immenses parcs nous accueillent en ville, dont le Millennium et le Grant, où se trouve la gigantesque fontaine de ­Buckingham qui contiendrait près de six millions de litres d’eau pour ­alimenter ses 193 jets. Une piste cyclable longe le lac Michigan et passe derrière de très jolies plages avec restos, bars et ­installations récréatives aménagés en plein centre-ville. Non loin, la jetée navale accueille une grande roue et ses ­manèges. Pour le lèche-vitrine, ­rendez-vous sur la ­Magnificent Mile. Chicago est ­aussi ­reconnue pour ses équipes ­sportives, dont les Cubs ­(baseball) et les Blackhawks (hockey). En octobre se tient un populaire marathon couru par près de 50 000 personnes venues d’une centaine de pays. Il est facile de s’y rendre. Air Canada et United offrent des vols directs (durée : 2 h 30) pour Chicago chaque jour.

La Bean géante, signée Anish Kapoor.
Photo Adam Alexander, Choose Chicago
La Bean géante, signée Anish Kapoor.