/world/africa
Navigation

Des agents d’une société minière canadienne enlevés dans l’est de la RDC

Coup d'oeil sur cet article

Bukavu | Des agents de la compagnie aurifère canadienne Banro ont été enlevés et leur véhicule incendié par des assaillants dans la province de Maniema, frontalière du Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé samedi l’armée.

«Des agents de la société Banro sont tombés dans une embuscade de bandits armés vendredi à 10h30 entre Salamabila et Kitindi dans la province du Maniema», a déclaré à l’AFP le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole de l’armée au Sud-Kivu. 

«Certaines sources parlent de quatre agents enlevés, mais le rapport qui nous est parvenu fait état d’un Sud-Africain et d’un Zimbabwéen enlevés par les rebelles actifs dans la région», a-t-il indiqué, ajoutant que «l’armée est à leur recherche depuis hier». 

Un Français travaillant pour Banro avait été enlevé et libéré en mai 2017. 

Selon le porte-parole militaire, l’incident a eu lieu dans une «zone occupée par les Maï-Maï (rebelles), loin des positions des Fardc», l’armée régulière congolaise. 

«Avant de partir avec leurs otages, ces assaillants ont brûlé le véhicule des victimes», a-t-il ajouté. 

Contactée, une source au sein de la société Banro a reconnu qu’un «incident» s’était produit, sans en dire plus.  

Banro est une société canadienne qui exploite deux mines d’or en RDC, à Twangiza (Sud-Kivu) et Namoya (Maniema), et mène des travaux d’exploration aurifère dans le pays.  

En 2017, la compagnie avait alors suspendu ses activités dans la mine de Namoya (au Maniema) après une attaque meurtrière contre ses installations.