/news/currentevents
Navigation

Un autre immeuble infesté à Montréal, d’autres locataires poussés à bout

Coup d'oeil sur cet article

Le niveau de découragement de locataires montréalais confrontés à des infestations de coquerelles et de punaises de lit a atteint son point culminant.

Poussés à bout, certains d’entre eux ont même écrit à scoop@tva.ca dans le but de faire pression sur le gestionnaire de l’immeuble. Ce dernier n’assumerait pas ses responsabilités pour chasser les bestioles, selon les plaignants.

Samedi, une équipe de TVA Nouvelles s’est rendue dans les immeubles de la Place de L’Authion, à quelques pas du centre commercial Place Versailles, dans l’est de Montréal.

Tuer des coquerelles à longueur de journée est presque devenu un passe-temps pour de nombreux locataires et familles, dont les loyers mensuels coûtent plus de 1000$ par mois dans certains cas.

Sur place, un père de famille était aux prises avec des punaises de lit, qui se logent habituellement dans les coutures des matelas. Les bestioles se nourrissant de sang ont piqué ses enfants dans le dos et sur le torse. Le nouveau-né a aussi goûté à la médecine des bestioles.

D’autres locataires, Walid Hidri et son épouse, Rabaa, ont invité TVA Nouvelles à entrer chez eux. Ils ont épandu de la poudre de diatomée, très redoutable contre les insectes rampants, sur le plancher de tout l’appartement, mais ils n’en viennent pas à bout. Leurs vêtements sont emballés dans des sacs de poubelle pour empêcher les punaises de lit de s’y loger.

Walid Hidri en a assez de se battre contre les insectes. Lui et d’autres locataires se sentent négligés par le gestionnaire des lieux, les exterminateurs et la Ville.

«On essaie de garder notre appartement sécuritaire», clame l’homme.

Joint par TVA Nouvelles, l’une des gestionnaires des immeubles, qui n’a pas voulu s’identifier, a raccroché la ligne au nez de notre journaliste après avoir invité les locataires à contacter la Ville, reprochant aussi de l’avoir dérangée le week-end.

Les locataires déplorent d’ailleurs l’attitude arrogante du gestionnaire Aquilini Properties, dont le siège social est situé à Vancouver.