/weekend
Navigation

Tournée Legacy of the Beast: une gigantesque production pour Iron Maiden

Le bassiste Steve Harris de la formation britannique Iron Maiden lors de la tournée Legacy of the Beast.
Photo courtoisie, John McMurtrie Le bassiste Steve Harris de la formation britannique Iron Maiden lors de la tournée Legacy of the Beast.

Coup d'oeil sur cet article

Iron Maiden débarquera au Québec avec la production la plus imposante de ses 44 ans d’histoire pour la tournée Legacy of the Beast. Avec 29 années au compteur depuis qu’il a grossi les rangs de la formation britannique en 1990, le guitariste Janick Gers est toujours excité à l’idée de repartir sur la route.

Après une première partie de tournée de 38 concerts en Europe, qui s’est terminée à Londres, le 11 août dernier, la Vierge de fer vient de reprendre la route pour une série de 35 spectacles en Amérique du Nord, avec des arrêts à Montréal et Québec.

«Je suis toujours excité et ce sentiment d’excitation est présent tous les soirs et à chaque spectacle. Je ne serais plus là, si je ne ressentais pas de plaisir à faire ça. Et j’en ai encore énormément après toutes ces années», a lancé le guitariste de 62 ans, lors d’un entretien avant le début de cette série de concerts.

Gers précise qu’il y a toujours des éléments de nouveautés qui surviennent au fil des spectacles.

«Chaque concert est différent. Le ­public n’est pas le même et on joue ­parfois certaines choses différemment. On ne sait jamais trop comment ça va se passer. Mon jeu de guitare change et s’adapte à ces moments et à ce que je ressens sur scène», a-t-il ajouté.

Pour cette production, inspirée par l’application de jeu et la bande dessinée Legacy of the Beast, on retrouve une réplique d’un avion de chasse Spitfire, un Icare format géant, des mousquets, des épées, des lance-flammes, de la pyrotechnie et un Eddie comme on ne l’a jamais vu sur les planches.

«La scène et les éléments de décor de cette tournée sont incroyables. C’est une production massive et certainement une des plus grosses pour un spectacle d’Iron Maiden», a-t-il avancé.

Opération complexe

Cette tournée est aussi l’occasion, pour le sextuor, de ramener à la vie certains titres comme Flight of Icarus, Sign of the Cross et The Clansman, qui n’ont pas été joués depuis longtemps.

«On pige dans toutes les époques d’Iron Maiden. On joue, bien sûr, les favorites des fans et des trucs, aussi, qu’on n’a pas faits depuis des années. Nous avions envie, pour cette tournée, de jouer des trucs différents. L’objectif est toujours de mettre en place un alignement de chansons qui fonctionne. Et celui-là, il marche et il est excitant. C’est un mélange de tous les univers et de toutes les époques», a-t-il indiqué.

L’ajout de nouveaux titres n’est pas quelque chose, toutefois, qui se fait à l’aveuglette. La formation n’avait pas joué Flight of Icarus depuis 1986. Janick Gers ne faisait même pas partie de «Maiden» à l’époque. Sign of the Cross, de l’album The X Factor, a été joué une dernière fois à Rio de Janeiro en janvier 2001.

«Les chansons de Maiden sont complexes et on doit les répéter avant de les introduire dans un spectacle. Ce n’est pas un blues que tu peux lancer comme ça en improvisant. Il y a un défi derrière l’interprétation et il faut travailler fort», a-t-il fait remarquer.

Une pause

Après une pause de presque un an ­depuis leur dernier concert européen de la tournée Legacy of the Beast, à Londres, Iron Maiden a repris du service avec une dizaine de jours de répétition pour préparer cette nouvelle série de spectacles.

«On a aussi fait une dernière journée de répétition, avec l’environnement scénique, afin que personne ne se fasse brûler par les flammes et les effets de pyrotechnie», a-t-il laissé tomber en riant.

The Book of Souls, le dernier album de la formation, a été lancé le 4 septembre 2015. Iron Maiden n’a pas l’intention, pour le moment, de s’avancer sur l’écriture et l’enregistrement d’un nouvel opus.

«Nous allons prendre une pause à la fin de cette série de concerts qui va se terminer le 15 octobre, à Santiago, au Chili. Nous allons ensuite nous réunir et discuter de la suite des choses. On va peut-être faire une autre série de concerts avec cette tournée. On ne sait pas encore. Nous sommes six dans Iron Maiden et on doit tous s’entendre. On n’aime pas trop, non plus, révéler à l’avance ce que nous allons faire. Il y a toutes sortes de possibilités», a fait savoir le guitariste.


► Iron Maiden est en spectacle, le 5 août, au Centre Bell et le 7 août au Centre Vidéotron. La formation britannique The Raven Age, avec George Harris, le fils de Steve Harris d’Iron Maiden, à la guitare, se produira en première partie.